Quand Klopp donnait la leçon à Mourinho

le
0
Quand Klopp donnait la leçon à Mourinho
Quand Klopp donnait la leçon à Mourinho

C'est arrivé au cours d'une soirée étoilée et mémorable, le 24 avril 2013. Ce jour-là, le Borussia Dortmund de Jürgen Klopp terrassait avec brio le Real Madrid de José Mourinho (4-1) en demi-finale aller de C1, mettant ainsi fin au rêve du Portugais de soulever la Décima. Ce samedi, Klopp et Mourinho ont changé d'équipe, mais le manager allemand pourrait, encore une fois, provoquer la chute du Special One.

Sourire de rigueur, décontraction naturelle et l'aplomb voilé derrière une pointe d'humour, Jürgen Klopp vient de réussir avec brio son entrée sur la scène anglaise. Ce 9 octobre 2015, l'inénarrable Allemand est officiellement intronisé en tant que manager de Liverpool à la place de Brendan Rodgers. Et parce qu'il n'a jamais dissimulé sa part de singularité, la formule pour se présenter à ce nouveau parterre de spectateurs détonne. "Je suis un homme tout à fait normal. Je viens de la Forêt-Noire. Ma mère est peut-être devant la télévision et regarde cette conférence de presse et elle n'a dit aucun mot. Mais elle est très fière. Je suis un gars normal. Je suis "The Normal One", si vous le souhaitez", lâche-t-il, non sans se départir d'un large sourire aux lèvres.

"C'est un match de plus, tout comme Galatasaray ou Manchester aux tours précédents."José Mourinho
De toute cette conférence de presse, les médias britanniques ne retiendront que ce sobriquet attribué à lui-même : The Normal One. Un clin d'œil évident à son homologue portugais, José Mourinho, lui qui s'était autoproclamé The Special One à son arrivée à Chelsea, en 2004. Les deux hommes s'estiment, se respectent. Mais alors que sa place sur le banc des Blues n'a sans doute jamais semblé aussi précaire, le Mou retrouve celui qui a, il y a deux ans et demi, ni plus ni moins brisé son rêve de soulever la Ligue des champions avec le Real Madrid. Forcément, à l'aube des retrouvailles, ce sont de douloureux souvenirs qui affleurent.

Retour dans le temps. Ce 24 avril 2013, quand le Real Madrid se déplace dans la touffeur du Westfalenstadion afin de défier le Borussia Dortmund, en demi-finale aller de C1, c'est avec le costume de favori. Conscient que la Liga est désormais promise au rival barcelonais à quelques semaines de la fin du championnat, la Casa Blanca se concentre essentiellement sur la coupe aux grandes oreilles. Avec, toujours, cette obsession qui taraude tout un peuple : la fameuse Décima. Jusqu'ici, les Madrilènes ont assuré le service minimum dans la plus prestigieuse des compétitions. Dans un groupe relevé composé déjà du Borussia Dortmund, puis de Manchester City et de l'Ajax Amsterdam, ils terminent derrière le BvB. Conséquence, ils prennent Manchester United en 16es de finale. Une…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant