Quand Jérôme Kerviel réconcilie Front de gauche et FN

le
0
Le leader du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon et la présidente du Front national Marine Le Pen s'accordent sur le sort injuste réservé à Jérôme Kerviel.
Le leader du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon et la présidente du Front national Marine Le Pen s'accordent sur le sort injuste réservé à Jérôme Kerviel.

Qui l'eût cru ? Les ennemis jurés que sont le Front de gauche et le Front national peuvent (parfois) tomber d'accord. C'est en tout cas ce qu'a concédé, non sans sourire, Marine Le Pen lundi sur RTL, comme le rapporte Le Lab. "Eh bien, vous voyez, parfois, Jean-Luc Mélenchon peut avoir raison. Parfois", a reconnu la présidente du Front national, avant de tempérer ses propos en ajoutant : "Dans le constat, pas dans les solutions, j'ai remarqué."

L'objet de cet inattendu consensus ? Le sort de Jérôme Kerviel, interpellé dimanche soir à Menton, pour lequel le coprésident du Parti de gauche a pris fait et cause. À l'antenne de BFM TV dimanche, Jean-Luc Mélenchon n'a ainsi pas hésité à comparer l'affaire Kerviel à celle d'Alfred Dreyfus : "On le soutient, car on pense qu'il est innocent, et nous autres à gauche sommes comme ça depuis l'affaire Dreyfus. Dreyfus n'est pas des nôtres et on l'a soutenu. Kerviel est innocent, donc on le soutient."

Opposition au traité transatlantique

Or, malgré un style moins lyrique, la présidente du Front national estime également que l'ex-trader est moins coupable que le "système" auquel il a obéi. "Jérôme Kerviel est un pion d'un système. S'acharner sur un homme sans remettre en cause le système de la spéculation qui permet aux banques de jouer au casino avec les économies des déposants, ça, je trouve que c'est un peu facile", a-t-elle ajouté.

Et les points communs entre les deux formations...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant