Quand il fait plus chaud en Antarctique qu'à... Nice, Alger et Athènes !

le
0
Quand il fait plus chaud en Antarctique qu'à... Nice, Alger et Athènes !
Quand il fait plus chaud en Antarctique qu'à... Nice, Alger et Athènes !

Et si dans les décennies à venir, les touristes se rendaient en Antarctique avec maillot de bain et crème solaire, pour profiter d'un climat idéal, chaud et ensoleillé ? Cette perspective, pas encore pour demain, est pourtant loin d'être utopique. Et non, en cette veille de 1er avril, cette nouvelle n'est pas une énième mystification ou galéjade en guise de poisson d'avril avant l'heure. C'est tout simplement le constat inquiétant du réchauffement climatique.

Mardi 24 mars, il a fait 17,5°C sur la base d'Esperanza, une station de recherche scientifique située en Antarctique, selon le site Weather underground, spécialisé dans les données météorologiques. Il a donc fait plus chaud ce jour là dans le nord du sixième continent qu'à Nice, Marrakech, Athènes ou Alger...

Il s'agit évidemment du record de chaleur enregistré en Antarctique, même s'il fait généralement plus doux sur la péninsule (située la plus au nord), qu'à l'intérieur des terres (où il le thermomètre peut descendre jusqu'à -93°C). C'est d'autant plus surprenant que le mois de mars (en automne dans l'hémisphère sud) n'est pas le plus chaud de l'année en Antarctique, puisqu'il fait en moyenne dans la région où est située la base d'Esperanza, environ 0°C en cette période de l'année. Jusqu'ici, la température la plus chaude relevée sur le continent de glace avait été atteinte au printemps sur cette même base de recherches le 10 octobre 1976, avec un peu plus de 17°C.

VIDEO. La fonte des glaces en Antarctique

Mais le plus inquiétant est sans doute la vitesse avec laquelle se réchauffe l'Antarctique : quatre fois plus vite que le reste de la planète entre 1900 et 2011. Une hausse des températures spectaculaire qui accélère la fonte des glaciers. Il y a un peu moins d'un an, des scientifiques dressaient un constat terrible, affirmant que la fonte des grands glaciers de l'ouest de l'Antarctique était désormais irréversible. Selon ces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant