Quand hommes et femmes s'unissent à Lille

le
0
Quand hommes et femmes s'unissent à Lille
Quand hommes et femmes s'unissent à Lille

Le LOSC a créé sa division féminine en fusionnant avec le FC Templemars, un club de la métropole évoluant en 2e division. Une pratique qui se développe à mesure de l'intérêt porté par les clubs professionnels à l'endroit des filles. Mariage forcé, ou union de raison ?

Même FIFA 16 s'y met : il sera possible de jouer avec douze sélections nationales féminines dans la prochaine mouture du produit phare d'EA Sports. Evidemment, il ne s'agit pas d'activisme de la part de la firme canadienne. Mais plutôt de la suite logique du succès la Coupe du Monde Féminine organisée cet été sur ses terres et, plus généralement, de la croissance du public du foot au féminin. Or, dirait l'androgyne Stromae, qui dit croissance, dit argent, qui dit pognon, dit intérêts.

" Je n'en ai rien à foutre ! "


Noël Le Graët avait annoncé la couleur quelques mois après son élection à la présidence de la Fédération Française de Football en juin 2011 : " Je vais faire passer un texte où, dans les trois ans qui viennent, chaque club pro devra avoir une équipe féminine patronnée sur son district. " Quatre ans plus tard, le papier est encore dans les tiroirs, pas l'idée. D'ailleurs, une fois n'est pas toujours coutume, l'annonceur montre l'exemple : lorsqu'en 2011 le Stade Briochin est absorbé par l'En Avant de Noël, il n'est que le 4e club à procéder ainsi, sur les douze que compte alors le plus haut niveau féminin – le PSG possède une section féminine quasiment depuis sa création (1971). Dans l'élite cette année-là, seuls Montpellier en 2001, Lyon en 2004, et Saint-Etienne en 2009 avaient fusionné ou, en pratique, absorbé un club féminin existant. Soit... les quatre clubs professionnels masculins (plus Paris) représentés par leur section féminine dans la Division 1 édition 2016. 4+1 clubs qui comptent.

Est-ce à dire que le mouvement de " fusacqs " n'a été qu'un feu de paille de la première décennie du XXIe siècle ? Depuis quelques jours, l'hypothèse a perdu de sa crédibilité. Bordeaux par exemple. Alors que Jean-Louis Triaud n'hésitait pas à envoyer il y a quelques années qu'il n'en avait " rien à foutre ! ", il a amorcé un rétropédalage tout en douceur et en franchise dans les colonnes de Sud Ouest en avril de cette année : " Peut-être que, parmi nos partenaires financiers, certains s'intéressent au football féminin. Pourquoi ne pas leur donner satisfaction ? " Aujourd'hui, le projet d'union entre les Girondins et l'ES Blanquefortaise est en passe d'être sorti des cartons. Il rejoindrait alors celui de Lille. Les nordistes ont en effet absorbé le FF Templemars-Vendeville le 23 juillet dernier et s'engageront sur la ligne de départ du millésime…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant