Quand Guingamp écrasait Bastia

le
0
Quand Guingamp écrasait Bastia
Quand Guingamp écrasait Bastia

En huit confrontations en première division, Bastia n'a jamais gagné à Roudourou. En 2003, les Corses avaient perdu 3-0 dans le 22, en subissant la furia de Drogba, Malouda et leur bande. L'époque où Guingamp tapait le quidam.

12 avril 2003. Pour le compte de la 33e journée de Ligue 1, l'En Avant Guingamp reçoit Bastia à Roudourou. « C'est bizarre, je ne me souviens pas de ce match, je suis frappé d'amnésie, s'excuse Ronan Le Crom, le gardien guingampais. Je me souviens un peu plus du match aller à Furiani où on avait gagné 2-0. » Idem pour Coco Michel ou encore Cédric Bardon qui se rappellent davantage de la belle saison et des victoires à Lyon ou à Nantes que du succès à la maison face à Bastia. Et pourtant, il s'est passé de belles choses ce soir-là, au cours de la réception des Corses dans les Côtes-d'Armor. C'est l'époque du Guingamp de Malouda, Drogba, Coco Michel et Néstor Fabbri. Avant la rencontre contre le Sporting, l'EAG vient de taper l'OM, une semaine plus tôt, au Vélodrome, grâce à un but de Drogba et de son compatriote ivoirien Lionel Bah. Avec 46 points au compteur, le maintien est en poche, mais les Guingampais connaissent trop le prix de leur place en Ligue 1 pour finir le championnat en touristes. « La saison d'avant, on se sauve à la dernière journée, rappelle Romain Ferrier, défenseur de cette équipe guingampaise. On bat Troyes chez nous, mais on n'avait pas notre destin entre nos mains. Heureusement, Lorient et Metz font match nul et descendent tous les deux. Il s'est créé quelque chose à ce moment-là. C'est la fondation de l'année suivante. On avait tellement souffert, qu'on s'est dit : autant en profiter à fond ! » Pas question de finir en roue libre, donc. Et Bastia, bien calé dans le ventre mou avec 45 points, va le comprendre très vite.
L'aile de pigeon de Drogba
Dès la septième minute de jeu, le futur buteur de Chelsea surprend la défense menée par Franck Silvestre en ouvrant le score pour les Bretons. Romain Ferrier est à l'origine de l'action, il se souvient : « Oui, je fais une passe décisive, mais la passe n'est décisive que si la finition est bonne. Didier fait un appel de la droite vers la gauche et je déclenche en faisant une transversale de 40 mètres. Ce n'est pas forcément une superbe passe, mais le ballon rebondit et Didier voit le goal sortir. Il sait qu'il n'a pas le temps de la laisser redescendre et il ajuste le gardien avec un geste de grande classe. Il a bonifié ma passe ! » Penneteau ne peut que s'incliner face à l'aile de pigeon en haute altitude de Drogba. « Mais je crois qu'il veut juste l'éliminer et pas...

12 avril 2003. Pour le compte de la 33e journée de Ligue 1, l'En Avant Guingamp reçoit Bastia à Roudourou. « C'est bizarre, je ne me souviens pas de ce match, je suis frappé d'amnésie, s'excuse Ronan Le Crom, le gardien guingampais. Je me souviens un peu plus du match aller à Furiani où on avait gagné 2-0. » Idem pour Coco Michel ou encore Cédric Bardon qui se rappellent davantage de la belle saison et des victoires à Lyon ou à Nantes que du succès à la maison face à Bastia. Et pourtant, il s'est passé de belles choses ce soir-là, au cours de la réception des Corses dans les Côtes-d'Armor. C'est l'époque du Guingamp de Malouda, Drogba, Coco Michel et Néstor Fabbri. Avant la rencontre contre le Sporting, l'EAG vient de taper l'OM, une semaine plus tôt, au Vélodrome, grâce à un but de Drogba et de son compatriote ivoirien Lionel Bah. Avec 46 points au compteur, le maintien est en poche, mais les Guingampais connaissent trop le prix de leur place en Ligue 1 pour finir le championnat en touristes. « La saison d'avant, on se sauve à la dernière journée, rappelle Romain Ferrier, défenseur de cette équipe guingampaise. On bat Troyes chez nous, mais on n'avait pas notre destin entre nos mains. Heureusement, Lorient et Metz font match nul et descendent tous les deux. Il s'est créé quelque chose à ce moment-là. C'est la fondation de l'année suivante. On avait tellement souffert, qu'on s'est dit : autant en profiter à fond ! » Pas question de finir en roue libre, donc. Et Bastia, bien calé dans le ventre mou avec 45 points, va le comprendre très vite.
L'aile de pigeon de Drogba
Dès la septième minute de jeu, le futur buteur de Chelsea surprend la défense menée par Franck Silvestre en ouvrant le score pour les Bretons. Romain Ferrier est à l'origine de l'action, il se souvient : « Oui, je fais une passe décisive, mais la passe n'est décisive que si la finition est bonne. Didier fait un appel de la droite vers la gauche et je déclenche en faisant une transversale de 40 mètres. Ce n'est pas forcément une superbe passe, mais le ballon rebondit et Didier voit le goal sortir. Il sait qu'il n'a pas le temps de la laisser redescendre et il ajuste le gardien avec un geste de grande classe. Il a bonifié ma passe ! » Penneteau ne peut que s'incliner face à l'aile de pigeon en haute altitude de Drogba. « Mais je crois qu'il veut juste l'éliminer et pas...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant