Quand Griezmann devenait un homme

le
0
Quand Griezmann devenait un homme
Quand Griezmann devenait un homme

De retour dans un San Mamés qui l'a propulsé en "homme important", selon les dires de Diego Simeone, Antoine Griezmann plane actuellement sur l'Atlético et la Liga. Une forme resplendissante qui prend, en partie, racine dans l'antre de l'Athletic Bilbao. Retour sur ce difficile passage à l'âge adulte.

Diego Simeone n'en démord pas. Malgré son exercice le plus prolifique, sa mue en franchise-player de l'Atlético de Madrid, Antoine Griezmann "ne fait pas partie des meilleurs du monde" : "Je l'invite à ne pas écouter ce qui se dit et de continuer à s'améliorer. Il peut encore progresser, car c'est un jeune joueur qui travaille beaucoup. Quand le moment viendra, tout se concrétisera pour lui." Cette déclaration date du mois de janvier dernier, suite à un succès limpide face à l'UD Las Palmas et un doublé de sa pointe française (0-3). Généralement avare en compliments individuels, le Cholo ne ménage pas ses meilleurs soldats à l'heure des analyses médiatiques. Une exigence qui lui permet de titiller l'égo de ses troupes et de les garder en alerte. En soi, rien de nouveau sous le soleil du Vicente-Calderón, habitué aux discours tout en motivation de son gourou. Idem pour Antoine Griezmann, étalon et plus forte valeur marchande des Rojiblancos, cible privilégiée des recadrages de Don Diego. Ainsi, en décembre 2014, lors de la dernière visite de San Mamés, Simeone décrète que "le jeune joueur important qu'il est commence à devenir un homme important". Ou, le passage à l'âge adulte.

Antoine Griezmann, presque parfait

Griezmann : "Je manquais d'air, mes jambes étaient lourdes"


Présenté dans un Vicente-Calderón aux deux tiers plein, Antoine Griezmann se rêve en successeur offensif de Diego Costa, lui, parti vers les cieux londoniens. L'attente de l'aficion des bords du Manzanares n'en attend en tout cas pas moins de l'ancien Txuri-Urdin arraché pour 30 millions d'euros. Loin d'être ratés, ses débuts annoncent pourtant une assimilation compliquée des préceptes du Cholo Simeone. Tout en pression et en pressing, le travail des joueurs offensifs de l'Atlético relève du harcèlement perpétuel et de l'ordre tactique. En soi, tout l'inverse du jeu attractif mais frivole d'une Real Sociedad où il s'est construit. Tant et si bien qu'après quelques mois de compétition, le Français alterne entre la guérite et le onze initial. "Son intégration prendra un certain temps, mais il y a une…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant