Quand Griezmann devait déjà signer pour l'Atlético

le
0
Quand Griezmann devait déjà signer pour l'Atlético
Quand Griezmann devait déjà signer pour l'Atlético

Depuis août 2014, Antoine Griezmann enchante le Vicente-Calderón. Une réussite sportive chez les Colchoneros qui n'étonne guère : à l'été 2011, il était déjà sur le point de rejoindre les bords du Manzanares. Un épisode qui, après l'avoir inquiété, l'a fait grandir.

Son sourire va de pair avec le moral de l'aficion du Vicente-Calderón. Mobile en main, cheveux gominés, il pose fièrement avec sa nouvelle tunique rojiblanca tout en enchaînant les selfies devant six milliers de supporters. Comme un poisson dans l'eau, Antoine Griezmann et son numéro 7 disposent déjà d'une forte cote de popularité auprès du peuple matelassier. Son statut de deuxième recrue la plus onéreuse de l'Atlético - la première étant Falcao -, le Français met cinq mois pour le confirmer. Le temps suffisant pour parfaire son corps aux exigences de Diego Simeone et ingurgiter les préceptes tactiques du Cholismo. Son déclic intervient sur la pelouse de San Mamés, avec un triplé face à l'Athletic. Un fanion de Bilbao qui, à l'été 2011, tente de l'arracher de San Sebastián. En vain, puisque le bougre préfère, lors de cette période de mercato, s'engager avec l'Atlético de Madrid. "On m'avait dit que c'était presque fait. J'avais même déjà commencé ma recherche d'appartement sur Madrid. Et finalement, au dernier moment, on me dit que je reste", nous avoue-t-il en juillet 2012. Retour sur un épisode qui a construit la carrière du Griez.

Griezmann : "Je ne vaux pas 30 millions"


L'histoire renvoie à un conte de fées : après de multiples refus des centres de formation français, Eric Olhats, suite à un test au Camp des Loges, glisse un bout de papier dans la poche du joueur de Mâcon. Rentré chez lui, Griezmann déchiffre les quelques lignes gribouillées par ce scout de la Real Sociedad et se voient offrir un essai chez les Txuri Urdin. Un essai concluant qui se mue en signature de contrat avec le fanion de San Sebastián. Formé et éduqué à Zubieta, il découvre la Liga en 2010 et devient rapidement l'un des fers de lance des ambitions basques. Pis, snobé par les clubs français, il intègre cette même année les sélections des jeunes Bleus. Une progression linéaire qui subit son premier contre-coup suite au Mondial U-20 disputé en Colombie. Avant son départ pour l'Amérique du Sud, le Français, dans les colonnes de L'Équipe, s'épanche sur ses envies d'ailleurs : "Je suis en discussion avec mon président pour renégocier ma clause libératoire. Elle est de 30 millions d'euros, et l'objectif est de la baisser. L'idée est de sortir gagnant sans que la Real perde. Elle pourrait me vendre à un bon prix tout en sachant que je ne vaux pas 30…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant