Quand Gianfranco Zola chantait le blues à Chelsea

le
0
Quand Gianfranco Zola chantait le blues à Chelsea
Quand Gianfranco Zola chantait le blues à Chelsea

Avant John Terry, Frank Lampard ou Didier Drogba, Chelsea n'avait d'yeux que pour lui. Gianfranco Zola, petit homme à l'immense talent, a conquis Londres et le Royaume au cours de sept années magnifiques (1996-2003). Parce qu'il était un joueur racé, gracieux et au profil encore singulier dans un championnat au jeu alors rudimentaire. Un magicien que ses multiples tours ont rendu différent. Et qui lui ont, aussi, offert une place unique dans le cœur des Blues.

Il fallait le voir pour le croire. Sentir le pouls de Stamford Bridge s'accélérer comme rarement, de la tribune de Matthew Harding à celle de la Shed End. Écouter, rien qu'un instant, ce chant entonné à l'unisson par un tout peuple paré de bleu sur l'air intemporel de "Can't take my eyes off of you" du groupe Boys Town Gang : "Gianfranco Zola, la la la la la laaaa..." Aucun morceau n'aurait été aussi approprié pour décrire ce qu'a représenté - et représente aujourd'hui - Gianfranco Zola dans le cœur des supporters de Chelsea. En sept années passées à Londres, tous ont succombé. Personne ne pouvait décemment détacher ces yeux du magicien italien quand il héritait du cuir. Personne.

Balle au pied, l'enchantement était instantané, presque irrésistible "Zola était un superbe joueur, qui jouait toujours d'une formidable manière et affichait toujours un large sourire sur son visage, pose en préambule, la voix encore empreinte d'admiration, Tim Rolls, président de Chelsea Supporters Trust, l'une des associations de fans les plus influentes du club anglais. On se souvient toujours de lui avec une grande affection pour son habilité et tout ce qu'il a accompli ici. Même maintenant, treize ans après avoir quitté Chelsea, son nom est parfois scandé les supporters ". C'est dire l'empreinte indélébile laissée par Zola lors de son passage. Car si les jeunes générations ont été bercées par les tacles appuyés de John " Dirty" Terry, les frappes limpides de Super Frankie Lampard ou les coups de casque de Didier Drogba, elles connaissent peu les faits d'armes passés de leur ancien attaquant. Pourtant, on parle d'un homme dont le numéro 25 a été retiré à jamais, et qui a été élu joueur du XXe siècle chez les Blues. Autrement dit, une icône historique. À true legend.

Mal exploité à Parme, raillé par les tabloïds


Lorsque Gianfranco Zola s'épanche à propos de sa romance immaculée avec Chelsea, c'est toujours avec pudeur. Et, aussi, une sincérité désarmante : "Ce fut l'amour dès le premier regard. Sept années fantastiques. Je veux vraiment le bien de ce club". Entre les deux parties, le coup de foudre a été immédiat. Avec l'Angleterre et son nombrilisme déjà légendaire, il a fallu un peu plus de patience.…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant