Quand "El Chapo" menace virtuellement Donald Trump

le
0
Donald Trump, photo d'illustration.
Donald Trump, photo d'illustration.

Le Mexicain Joaquin Guzman, dit « El Chapo », considéré comme l'un des plus gros narcotrafiquants au monde, s'est évadé de la prison de haute sécurité où il était surveillé par des caméras vingt-quatre heures sur vingt-quatre et où il devait purger une peine de vingt ans d'emprisonnement le 11 juillet dernier. Une évasion rocambolesque, il s'est enfui en creusant un tunnel, et qui n'a pas manqué de faire réagir Donald Trump, candidat à la présidentielle pour 2016, sur Twitter.

Dès l'annonce de l'évasion, il fustigeait « les officiels mexicains corrompus », déclarant qu'ils étaient responsables de l'évasion de Joaquin Guzman. « La dernière fois, il est resté libre pendant 13 ans et il est devenu un pivot majeur dans la vente de drogue aux États-Unis », faisant référence à la cavale du prisonnier qui s'était déjà enfui une première fois de sa prison, en 2001, en se cachant dans un panier à linge.

  

Le FBI appelé en renfort

Du pain bénit pour le républicain, qui a décidé de faire de ses propos anti-mexicains l'un de ses principaux arguments de campagne. Pour sa déclaration de candidature à la Maison-Blanche, le 16 juin, il avait affirmé que les Mexicains « apportent avec eux la drogue. Ils apportent le crime. Ce sont des violeurs ». Une déclaration qui avait provoqué une véritable levée de boucliers, et notamment de nombreuses défections aux concours de Miss Usa et Miss Univers,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant