Quand Del Piero couchait l'Inter

le
0
Quand Del Piero couchait l'Inter
Quand Del Piero couchait l'Inter

Il y a un peu moins de dix ans, l'Inter recevait la Juventus pour un affrontement au sommet de la Serie A. Un choc qui sera le dernier entre les Nerazzurri et les Bianconeri avant l'éclatement du Calciopoli et qui, entre les nombreuses polémiques, sera surtout marqué par l'extraordinaire talent d'un homme : Alessandro Del Piero, Il Pinturicchio.

Les buts entrés dans la mémoire collective : voilà un argument qui pourrait sans doute être pris en considération pour départager une légende d'un "simple" grand joueur. À moins que ce ne soit le charisme et l'amour d'un club qui fassent la différence. Mais qu'importe pour Alessandro Del Piero qui remplit tous les critères et fait incontestablement partie des légendes. Les plus jeunes se souviennent évidemment de son plat du pied dans la lucarne en demi-finale de Coupe du monde contre l'Allemagne en 2006 ou de son show contre le Real Madrid en 2008. Les moins jeunes de son premier triplé avec la Juve, face à Parme en mars 94, à même pas 19 ans. Ou de son festival contre la Lazio en novembre de la même année. Voire de sa formidable volée contre la Fiorentina, à peine un mois plus tard. Et sûrement de tellement d'autres, tant celui qu'on surnomme Il Pinturicchio a peint de somptueux tableaux. Un aboutissement logique quand on a inscrit la bagatelle de 290 buts avec la Juventus dont 43 (!) sur coup franc toutes compétitions confondues. Pour autant de soyeux coups de pinceaux sur les toiles d'une immense carrière. Démonstration avec l'une des plus belles peintures de la galerie, signée un frais dimanche soir de février.

Adriano, un coup de canon pour rien


On monte dans la DeLorean pour revenir jusqu'au 12 février 2006. L'Inter, deuxième de Serie A, accueille la Juventus, leader, pour le compte de la 25e journée. Avec la ferme intention de relancer le championnat, puisque les Nerazzurri qui restent sur 11 victoires en 13 matchs pourraient revenir à 6 points des Bianconeri en cas de victoire. Avec 17 victoires en 24 matchs (pour 3 nuls et 4 défaites) le bilan de l'Inter est d'ailleurs plus qu'honorable jusque-là. Mais la Juventus est au-dessus du lot avec déjà 20 victoires au compteur (pour à peine 3 nuls et 1 défaite). En cas de victoire à San Siro, la bande à Capello poserait ainsi une main, quatre doigts et deux phalanges sur le Scudetto. Pour le choc au sommet, la Scala du football a logiquement droit au gratin mondial. L'Inter de Mancini a déjà fière allure avec Júlio César au but ; Zanetti, Córdoba, Burdisso et Samuel en défense ; Stanković, Figo, Veron et Cambiasso au milieu ; et enfin le meilleur duo de l'histoire de PES devant avec Martins et Adriano.

Évidemment, la Juve n'est pas en reste : Buffon garde les cages ; Chiellini est également…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant