Quand Coulibaly dénonçait les conditions de détention à Fleury-Mérogis

le
2
Amedy Coulibaly, sur des images tournées par lui et son codétenu dans la prison de Fleury-Mérogis entre 2007 et 2009.
Amedy Coulibaly, sur des images tournées par lui et son codétenu dans la prison de Fleury-Mérogis entre 2007 et 2009.

Experts et journalistes cherchent depuis mercredi dernier ce qui a pu pousser les frères Kouachi et Amedy Coulibaly à mener leurs attaques. D'où vient cette haine ? Une chose est certaine, l'environnement social et religieux des trois malfaiteurs constituait un risque. Tous les trois avaient également passé plusieurs années en prison. Le milieu carcéral a-t-il accéléré leur radicalisation ? Des images viennent aujourd'hui alimenter cette thèse. Sur les dix dernières années, Amedy Coulibaly en aurait passé pas moins de huit en prison. Entre 2007 et 2009, il fait un passage dans la prison de Fleury-Mérogis (Essonne). Avec son codétenu, il aurait réussi à introduire une caméra entre les murs de la plus grande maison d'arrêt d'Europe. Les images tournées - plus de deux heures de vidéos et une centaine de photos prises en huit mois de détention - ont ensuite été données à la société de production I-Screen. Contacté par Le Point, un des dirigeants de la société n'a pas souhaité nous préciser la date à laquelle les images lui ont été données, ni s'il avait pu rencontrer de visu Amedy Coulibaly après son incarcération. Reste que les images ont fait l'objet d'un reportage de la rédaction du magazine Envoyé spécial de France 2, diffusé en 2009. "Il y en a qui sortent, ils ont plus trop envie de suivre le droit chemin !""Après l'attentat de Charlie Hebdo et l'appel à témoins, c'est vrai qu'on l'a tout de suite...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • albertm5 le mercredi 14 jan 2015 à 14:07

    les renvoyez dans leurs pays c est sans doute mieux leurs prison ,

  • sense78 le mercredi 14 jan 2015 à 14:02

    Trop d'années en prison ou pas assez ? Le triste présent nous apporte la réponse en ayant laissé des bêtes sauvages dans la nature. Evidemment, nos "spécialistes" parlent d'un manque de moyen pour déradicaliser ces victimes de la Société.