Quand City se veut en Barça anglais

le
0
Quand City se veut en Barça anglais
Quand City se veut en Barça anglais

De nouveau adversaire du FC Barcelone en huitième de finale de la Ligue des champions, Manchester City se rêve toujours en Mes que version anglaise. More than, quoi. Une volonté de transposer le modèle blaugrana en Angleterre qui passe par deux anciens de la maison barcelonaise et qui ne se veut pas sans embûche.

"Nous n'aimons pas beaucoup affronter Barcelone." Txiki Begiristain n'est pas du genre à flirter avec ses ex. Pourtant, une terrible envie le dévore : ressembler à son ancienne dulcinée. Aujourd'hui directeur sportif de Manchester City, ce Basque de 50 ans au nom compte-double est un ancien produit de la maison blaugrana. D'abord membre de la dream team de Cruijff, il est ensuite devenu le secrétaire technique de Joan Laporta. Grâce à son calme, sa science du jeu et sa connaissance des arcanes du Camp Nou, il a réussi à remettre le Barça sur les rails. Mieux, après une période d'abstinence de quatre ans, il a placé Frank Rijkaard sur le banc azulgrana, puis Pep Guardiola. Résultat des courses, moribond, le Mes que est devenu l'étendard mondial du beau jeu et du jeu propre. Rien que ça. Pion importantissime du projet citizen, il travaille main dans la main avec une autre vieille connaissance de la nébuleuse barcelonaise, Ferran Soriano. Leur projet n'est autre que de faire des Sky Blues le Barcelone anglais, un empire titanesque qui s'étend au-delà des frontières européennes.
Begiristain et Soriano, duo catalan et gagnant
En décembre 2011, la compagnie aérienne Spainair patauge. Avec des comptes dans le rouge et des prévisions sans optimisme, son président d'alors, Ferran Soriano, est un tantinet perplexe quant à la survie de son entreprise. Au même moment, un coup de téléphone en provenance d'Abu Dhabi sonne. Au bout du combiné, une certaine altesse royale, Mansour Bin Zayed Al Nahyan. Quelques jours plus tard, il se retrouve en tête à tête avec ce cheikh dans l'Émirat du golfe persique. Le projet qui lui est proposé a de quoi le faire saliver : construire un Manchester City sur le modèle blaugrana. Ce calque version britannique, il accepte de le prendre en main six mois plus tard, à l'été 2012, et devient le directeur exécutif des Citizens. Pour mener à terme sa mission, il prend rapidement contact avec une vieille connaissance barcelonaise. Vice-président économique du Barça de Laporta, Soriano engage Txiki Begiristain, qui occupait lui le poste de secrétaire technique des Culés. À eux deux, ils font de la venue de Pep Guardiola, qu'ils connaissent personnellement, le fer de lance de la "barcelonisation" de City.

Au milieu des tractations avec le divin chauve du Camp Nou, de nombreux...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant