Quand choisir le rattachement de ses enfants à son foyer fiscal ?

le , mis à jour le
1

Lors de votre déclaration de revenus, vous pouvez, si vous le souhaitez, rattacher vos enfants à votre foyer fiscal. Cette action peut avoir de grandes conséquences sur votre imposition. Nous avons rassemblé pour vous les règles à savoir pour prendre votre décision.

Rattachement des enfants au foyer fiscal
Rattachement des enfants au foyer fiscal

Qui peut demander le rattachement ?

La demande de rattachement au foyer fiscal des parents peut être effectuée par :

  • - un enfant majeur de moins de 21 ans ;
  • - un enfant majeur étudiant âgé de moins de 25 ans ;
  • - un enfant infirme, quel que soit son âge.

Le rattachement est possible même si l'enfant ne loge pas chez ses parents et même s'il dispose de revenus.

Quels avantages à choisir le rattachement ?

Le rattachement permet de continuer à bénéficier pour votre enfant majeur d'une demi-part fiscale supplémentaire, ou d'une part entière, selon votre situation familiale.
Si l'enfant rattaché est marié, pacsé ou a des enfants, le rattachement ne majore pas le nombre de parts mais génère un abattement sur le revenu de 5 726€ par personne rattachée.
A savoir : la réduction d'impôt obtenue suite au rattachement d'un enfant est plafonnée au-delà de certains seuils de revenus. Ce plafond est régulièrement revu à la baisse
Attention, en cas de rattachement, le contribuable doit inclure dans son revenu imposable les revenus perçus par chaque personne rattachée.

Dans quels cas préférer la pension alimentaire ?

Comme nous l'avons déjà signalé ci-dessus, le plafond de l'avantage fiscal généré par le rattachement d'un enfant a été fortement réduit ces dernières années.
Ainsi, pour les contribuables qui sont taxés dans les tranches marginales d'imposition les plus élevées, soit 41% et 45%, le rattachement peut ne pas être la solution la plus avantageuse.
Cependant, l'article 156 du CGI, prévoit que les parents peuvent déduire de leur revenu imposable une pension alimentaire qu'ils versent à un enfant majeur selon les mêmes conditions que le rattachement.
Donc, si c'est dans votre intérêt, vous pouvez préférer laisser votre enfant détaché de votre foyer fiscal et donc ne pas demander son rattachement et déduire de vos revenus une pension alimentaire si ce dernier ne dispose pas de ressources suffisantes (article 196 B du CGI).
En contrepartie, c'est votre enfant qui devra déclarer la pension alimentaire perçue en plus de ses revenus éventuels.

Trucs et astuces

Si vous vous trouvez parmi les contribuables qui sont imposés dans les tranches les plus élevées, pensez à faire une simulation de chaque solution, de cette façon, vous serez sûr de faire le choix le plus approprié.
Sachez aussi qu'il est préférable de renouveler cette simulation tous les ans en raison des nombreux changements qui peuvent survenir.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gilfiaf le mardi 8 sept 2015 à 14:52

    Il y a suffisamment d'outils pour simuler les deux hypothèses avant de prendre sa décision.