Quand Bruno Le Maire chasse sur les terres d'Alain Juppé

le
1
Bruno Le Maire peine à résoudre son « problème de premier tour », et à montrer que son élection est « possible ».
Bruno Le Maire peine à résoudre son « problème de premier tour », et à montrer que son élection est « possible ».

Qu'il occupe les plateaux, inonde les réseaux sociaux, distribue des pavés de 1 000 pages aux journalistes, ou propose d'enfermer les fichés S, le constat ne change pas : l'avion Bruno Le Maire fait du bruit, mais ne décolle pas. Conscient de la difficulté de dissuader le socle de fans de Nicolas Sarkozy de voter pour leur idole, le troisième homme de la primaire chasse donc sur le territoire du candidat qui occupe, comme lui, le créneau du sérieux et de la crédibilité : Alain Juppé.

« Une droite digne »

Venu faire un meeting ce jeudi à Bordeaux pour égrener ses propositions sur le travail, Bruno Le Maire s'est donc livré à un exercice politique délicat : convaincre les électeurs de voter pour lui sans dire trop de mal de leur maire populaire, également candidat. Le tout dans un contexte hostile, puisque son « ami Alain Juppé » a tenu des propos désobligeants à son égard dans les médias : « On dit que je suis froid. Je crois qu'il l'est vraiment, lui. Une espèce d'ambition froide », surine le spécialiste ès porte de prison dans un documentaire de Franz-Olivier Giesbert pas encore accessible au grand public. Des propos relatés par l'Opinion la veille de son arrivée à Bordeaux.

Qu'importe la calomnie. Lorsqu'on lui demande une réaction à ces propos, ou aux attaques de Buisson contre Sarkozy, il préfère renvoyer à son programme, plutôt que de participer au « jeu des petites...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • am013 il y a 2 mois

    Trop tendre le poulet.....de bonnes idées et une bonne conception...mais il a des requins en face...dommage