Quand Boris Johnson argumentait contre le Brexit

le
0
    LONDRES, 16 octobre (Reuters) - Deux jours seulement avant 
de rallier les partisans d'un Brexit, Boris Johnson, l'ex-maire 
de Londres devenu ministre des Affaires étrangères, plaidait 
pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne dans une 
tribune qui n'a jamais été publiée, rapporte dimanche le Sunday 
Times. 
    Selon le journal, celui qui a incarné le camp du Brexit lors 
de la campagne précédant le référendum du 23 juin avait écrit 
deux articles, l'un pour le maintien, l'autre pour une sortie de 
l'UE. 
    Dans sa tribune favorable à la préservation de 
l'appartenance européenne du Royaume-Uni, il mettait en garde 
contre le choc économique qu'entraînerait un Brexit et suggérait 
que la contribution financière de Londres à l'UE était un prix 
modeste à payer en échange de l'accès au marché unique européen. 
    Deux arguments que Johnson, lors de la campagne, n'a cessé 
de démonter et qu'il continue de rejeter depuis son arrivée au 
gouvernement dirigé par Theresa May. 
    Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès de son 
porte-parole.  
    Mais une source informée a confié à Reuters que l'article du 
Sunday Times était exact. Cette même source explique cependant 
que la tribune pro-UE était un exercice intellectuel par lequel 
Johnson, déjà convaincu à l'époque que le divorce était la chose 
à faire, souhaitait tester tous les arguments pour mieux les 
combattre. 
    Après l'avoir rédigée, ajoute cette source, Johnson aurait 
aussitôt dit que les arguments en faveur d'un maintien dans l'UE 
"ne tenaient pas la comparaison". 
    Boris Johnson, que David Cameron, promoteur du référendum, 
espérait convaincre de s'engager en faveur du "Bremain", a 
rallié en février le camp du Brexit.   
    Un sondage réalisé alors pour le Mail on Sunday donnait aux 
partisans du maintien du Royaume-Uni dans l'Union une avance de 
15 points. Le 23 juin, les Britanniques se sont prononcés à 52% 
en faveur du Brexit.     
 
 (Estelle Shirbon; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant