Quand Balotelli faisait ses débuts pros

le
0
Quand Balotelli faisait ses débuts pros
Quand Balotelli faisait ses débuts pros

C'était en 2006, un attaquant de 15 ans de la petite équipe de Lumezzane foulait les pelouses de la troisième division italienne. Deux entrées en jeu et trois mois dans le groupe suffisent pour faire étalage de son talent et de sa personnalité.

On l'appelle la Val Gobbia, elle relie les plus connues Valtrompia et Valsabbia et accueille cette ville de 23 000 habitants à 500 mètres d'altitude. Brescia n'est qu'à 30 km plus bas, mais l'AC Lumezzane a décidé de mener son chemin avec une présence ininterrompue chez les pros depuis la première obtention de ce statut en 1993. Les play-offs pour accéder à la Serie B ont même été atteints à plusieurs occasions, mais au printemps 2006, les rossoblù jouent leur place en Serie C1. Marco Rossi a été remercié pour laisser place à Sandro Salvioni, un gars qui a ramené l'OGC Nice parmi l'élite en 2002 et qui a eu l'intuition de reconvertir Patrice Évra au poste d'arrière gauche. Son aventure débute par un revers 3-0 à Pizzighettone et une victoire 1-0 contre la Pro Patria. Il reste cinq journées pour se sortir des play-out, le "Mister" cherche activement un petit club local pour le traditionnel amical du jeudi, afin de bien faire intégrer ses instructions tactiques. Personne n'est dispo, ce sera donc une opposition face aux équipes de jeunes.

Sombrero au 1er entraînement, virgule au 1er ballon touché


"J'étais arrivé depuis peu, donc je n'étais pas au courant de ce qui se passait dans le centre de formation. Il y a cet amical en interne, d'abord une mi-temps face à la Beretti qui sont les U19, puis la seconde face aux Allievi, c'est-à-dire les U16", retrace Salvioni. Précision importante, son secteur offensif est décimé, Carlo Taldo et un certain Alessandro Matri pointant à l'infirmerie. "La seconde période débute et je stoppe le jeu après à peine trois minutes. Il y avait ce petit black qui avait fait passer le ballon au-dessus de mon défenseur avant de partir en vitesse. Il n'avait pas peur et cherchait le un-contre-un, il jouait comme un trentenaire. C'est son coach qui faisait l'arbitre, je lui ai dit de suite : "Celui-là, il monte avec nous et je veux qu'il joue dimanche."" C'est ce qu'on appelle une fulgurance. Seul problème, Balotelli n'a pas 16 ans et il faut une dérogation pour le faire évoluer chez les pros : "J'ai insisté auprès du directeur sportif, le médecin a rédigé une attestation et le tour était joué." Dans les cages, Luca Brignoli découvre aussi le phénomène au même moment : "Il avait le sens du but, la…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant