Quand Alexi donne le la

le
0
Quand Alexi donne le la
Quand Alexi donne le la

Un mélange de Chuck Norris, de Tormund de Giantsbane et de David Gilmour. Entre le footballeur rugueux, le capitaine hargneux, le voyageur curieux et le musicien talentueux, Alexi Lalas a eu le temps de vivre mille et une vies.

1 m 91 de de muscles, une dégaine de baroudeur, de long cheveux roux tenus par une ficelle, de fines pattes qui descendent le long des joues, et l'une des plus belles barbichettes de l'histoire du ballon rond. Avant même de connaître son parcours, le look d'Alexi Lalas suscite la curiosité, si ce n'est pas déjà de la fascination. À première vue, on l'aurait davantage imaginé sur une petite plage de hippies perdue en Équateur, parcourant le monde sac sur le dos et guitare en main plutôt que sur un terrain de football. Pourtant, c'est bien sur le rectangle vert que ce Barberousse américain s'est fait un nom, devenant l'une des plus grandes icônes nationales du sport dans un pays qui ne jurait à l'époque que par le football US, le baseball et le basket. Et puisque devenir une légende du "soccer" ne lui suffisait pas, Alexi a décidé de combiner sa carrière de sportif avec une vie de rocker, multipliant les albums et les tournées pendant plus de vingt ans, en groupe ou en solo, toujours en chantant son amour du voyage et sa fierté d'être roux. De ses débuts dans le football à l'université de Rutgers à ses interventions sur Fox News en passant par ses concerts avec les Gypsies, l'histoire d'Alexi Lalas a son lot de fantaisies.

Hockey sur glace, appendicite et football universitaire


Tout commence en 1981 à à Bloomfield Hills, petite bourgade du Michigan située non loin de Détroit. Alexi a 11 ans et touche ses premiers ballons dans l'équipe de Cranbrook Kingswood School. À l'époque, il partage son temps entre le football et le hockey sur glace, deux sports dans lequel il surpasse déjà tout ses camarades, au point d'être nommé joueur du Michigan en "soccer" et d'être convoqué pour la Ligue de Hockey de l'Ontario. Il privilégiera finalement le football mais sa formation de hockeyeur lui permet de se tailler un physique de bucheron. Ses adversaires lui reprocheront d'ailleurs de jouer comme un joueur de hockey, du fait de ses coups d'épaule rugueux et de son impact physique permanent.



C'est à l'université de Rutgers, l'une des plus prestigieuses du New…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant