Qualifs CM 2018 : Sans Zlatan Ibrahimovic, cette Suède fait moins peur

le
0
Qualifs CM 2018 : Sans Zlatan Ibrahimovic, cette Suède fait moins peur
Qualifs CM 2018 : Sans Zlatan Ibrahimovic, cette Suède fait moins peur

Première du groupe A pour les qualifications au Mondial 2018 à égalité de points avec les Bleus, la Suède vit sa première campagne internationale depuis le départ à la retraite Zlatan Ibrahimovic. Sans la star de Manchester United, les Scandinaves sont moins redoutés.

Sa carrure de golgoth, son regard perçant, son pied droit de feu, son style unique, ses phrases fleuries, Zlatan Ibrahimovic est un personnage unique. En club ou en sélection, on ne le remplace pas d’un claquement de doigts. Avec le maillot de la sélection suédoise, le géant de Malmö pèse 62 buts (en 116 sélections), mais n’a jamais réussi à emmener son pays très haut. Sans le meilleur buteur de son histoire, la Suède tente désormais de se réinventer.

Sans Ibrahimovic, la Suède manque de vedette

Médiatiquement, quand Ibra est dans un groupe, il n’y a de la place que pour lui. Le soleil Ibrahimovic prend toute la lumière. De janvier 2001, date de sa première sélection, à juin 2016 où il a dit stop après un Euro raté, l’ancien joueur du Paris Saint-Germain a toujours monopolisé toute l’attention. Mais maintenant que les projecteurs ne sont plus braqués sur lui, que reste-t-il ? A vrai-dire, pas grand-chose. Quelques joueurs locaux ou évoluant au Danemark, des éléments de Ligue 1 et de quelques équipes européennes mineures des cinq grands championnats. Krafth et Helander (Bologne), Ekdal (Hambourg) et Guidetti (Celta Vigo) sont toujours là. Mais ce ne sont pas des têtes de gondole. Lindelöf (22 ans), le défenseur central de Benfica, qui joue régulièrement avec les Portugais, est devenu, par la force des choses, un leader de cette équipe.

Quelques joueurs bien connus en L1

Contre les Bleus, il y aura aussi des joueurs de L1 côté suédois. Johnsson, le gardien de Guingamp, les deux Toulousains Durmaz et Toivonen ont été appelés par le sélectionneur Jan Andersson. Le dernier rempart des Bretons (26 ans), auteur de prestations très convaincantes depuis le début de la saison, comptabilise seulement trois sélections et devrait faire figure de doublure derrière Olsen. Si on ne risque de ne pas voir le Guingampais sur la pelouse du Stade de France, on pourrait bien apercevoir Durmaz. Titulaire contre les Pays-Bas (1-1), le Luxembourg (1-0) et la Bulgarie (3-0), le Suédois a pris du galon. Comme au TFC, le milieu offensif de 27 ans percute et place des accélérations qui mettent à mal les défenses. Sa grinta et ses projections incessantes vers l’avant font de lui l’un des animateurs du secteur offensif scandinave. Toivonen a également récupéré un peu de crédit en sélection. Longtemps mis sur la touche, l’attaquant du TFC, intéressant avec les Violets, a saisi sa chance contre la Bulgarie en étant titularisé. Auteur de l’ouverture du score, l’ancien Rennais (10 buts, 47 sélections) n’avait plus marqué depuis plus d’un an et demi avec le maillot jaune de la Suède. Face aux Tricolores, il devrait occuper le rôle de numéro 9, celui qu’occupait Ibrahimovic, qui lui a souvent fait de l’ombre en sélection.

Les Suédois aussi ont des problèmes de latéraux

Il n’y a pas que l’équipe de France qui connait des soucis avec ses latéraux. Forfait pour cette rencontre, Kurzawa ne sera pas de la partie. Idem pour Olsson (28 ans) et Lustig (29 ans), titulaires habituels avec la Suède. Le premier, joueur de Norwich (D2 anglaise), est blessé à une cuisse alors que le latéral droit du Celtic Glasgow est en délicatesse avec une cheville. Pour Janne Andersson, le problème est de taille car il n’y a pas grand-monde pour dépanner. Le sélectionneur, à court de solutions, a été contraint de convoquer Linus Wahlqvist (19 ans). Le joueur de Norrköping (3eme du championnat suédois) n’a que deux sélections au compteur pour 35 minutes de jeu. Malgré son inexpérience, il pourrait tout de même jouer dans une défense amoindrie. Contre les Français, les Suédois ne vont pas avoir le choix : ils devront bricoler leur défense. A lire aussi >>> L’équipe de France est la sélection la plus chère d’Europe  >>> Débutants chez les Bleuets, ils ont ensuite opté pour une autre sélection que la France >>> Moussa Sissoko : indiscutable chez les Bleus, un peu moins en club
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant