Qualifs CM 2018 : Les Pays-Bas ont entamé leur révolution

le
0
Qualifs CM 2018 : Les Pays-Bas ont entamé leur révolution
Qualifs CM 2018 : Les Pays-Bas ont entamé leur révolution

En écartant certains cadres et en donnant les clés à la nouvelle génération, Danny Blind a complètement changé le visage des Pays-Bas, absent de l’Euro 2016. Une révolution chez les Oranje qui offre à la sélection néerlandaise un visage plus séduisant, malgré un manque d’expérience encore flagrant.

« Une équipe jeune et talentueuse. » Telle est la description délivrée vendredi soir par Hugo Lloris quand on lui a demandé ce qu’il pensait des Pays-Bas. Le capitaine de l’équipe de France sait de quoi il parle. Il côtoie tous les jours l’une des étoiles montantes de cette nouvelle vague néerlandaise : Vincent Janssen, l’attaquant des Oranje, recruté par Tottenham cet été et qui connait des débuts très prometteurs en Premier League. Mais alors six mois après la victoire des Bleus à Amsterdam en match amical (2-3), que valent les Pays-Bas aujourd’hui ? De qui les hommes de Didier Deschamps devront se méfier ce lundi ? Eléments de réponse.

Stekelenburg est le seul rescapé de la finale du Mondial 2010

De la victoire en match amical en mars dernier, au lendemain du décès de Johan Cruyff, il ne reste déjà plus grand-chose dans les rangs néerlandais. Ce lundi, seuls cinq joueurs alignés au coup d’envoi lors de cette rencontre devraient conserver leur place : Bruma, Van Dijk, Blind, Klaassen et Promes. A l’inverse, côté tricolore, la colonne vertébrale reste inchangée. Une révolution nécessaire pour une nation en plein doute, absente de l’Euro 2016 malgré l’élargissement à 24 qui devait rendre impossible l’élimination dès les éliminatoires d’une grande sélection. Alors le sélectionneur Danny Blind a décidé de profiter de cette crise pour accélérer la prise de pouvoir de la nouvelle génération. Exit Robin van Persie et Klaas-Jan Huntelaar, écartés. Et mis à part le gardien Maarten Stekelenburg, les deux seuls autres rescapés de la finale de la Coupe du Monde 2010, Arjen Robben et Wesley Sneijder, seront forfaits contre la France.

Janssen, Klaassen et Promes : la jeunesse au pouvoir

Les nouveaux patrons des Oranje ont entre 22 et 24 ans et s’appellent, Vincent Janssen, Davy Klaassen et Quincy Promes. Un trident offensif qui a permis aux Pays-Bas de surclasser la Biélorussie vendredi soir (4-1), avec un doublé du milieu offensif du Spartak Moscou. Le premier cité, transféré à Tottenham pendant l’été, retrouvera notamment Hugo Lloris ce lundi soir. « Même si je le découvre puisqu’il est arrivé cet été à Tottenham, je connais très bien son profil, a expliqué le gardien français en conférence de presse. Cela me permet aussi d’échanger avec mes coéquipiers sur son profil, notamment avec mes défenseurs. » Mais ce large succès n’empêche pas le sélectionneur de voir encore une grosse marge de progression. « J'ai vu de bonnes choses, mais aussi de moins bonnes. Nous avons bien commencé dans les 30-35 premières minutes, puis nous avons ensuite joué de manière trop brouillonne. On ne peut pas évoluer de cette manière face à de grosses équipes, cela pourrait être fatal », a pesté Danny Blind en conférence de presse.

Du 4-3-3 au 4-2-3-1

Un avertissement même pas masqué en direction de ses joueurs avant d’affronter la France. Car même spectaculaire et joueuse, la jeunesse triomphante des Pays-Bas manque de maturité et ne partira clairement pas favorite contre les Bleus. Avant de cartonner contre la Biélorussie, les Néerlandais restaient d’ailleurs sur un match nul en Suède (1-1) et une défaite en match amical contre la Grèce (1-2) lors de ses deux premières rencontres de la saison. Un revers contre la Grèce qui a fini de convaincre Danny Blind de ranger au placard son 4-3-3 pour passer à un 4-2-3-1. « Ils aiment avoir le ballon, attaquer, construire, détaille Didier Deschamps. Ils ont les joueurs pour produire ce football-là, donc évidemment que leur animation offensive peut créer du danger. Ce n’est pas une équipe qui évolue bas et qui se contente de défendre. » Tout l’inverse de la Bulgarie. Mais toujours dans la plus pure tradition batave. A voir aussi : >>> L'actualité des qualifications
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant