Qualifs CM 2018 - Bleus : Evra, Rabiot, 3G, ce qu'il faut retenir de la conf de presse de Deschamps

le
0
Qualifs CM 2018 - Bleus : Evra, Rabiot, 3G, ce qu'il faut retenir de la conf de presse de Deschamps
Qualifs CM 2018 - Bleus : Evra, Rabiot, 3G, ce qu'il faut retenir de la conf de presse de Deschamps

Didier Deschamps tenait ce lundi après-midi sa première conférence de presse du rassemblement de l’équipe de France à Clairefontaine. A quatre jours du match de qualifications pour la Coupe du Monde 2018 contre la Suède, le sélectionneur a surtout procédé à une revue d’effectif, avec une attention particulière sur le cas Patrice Evra.

Evra pourrait bien débuter contre la Suède

Décidément, le poste de latéral gauche n’aura pas laissé Didier Deschamps tranquille très longtemps. Alors que le sélectionneur commençait à installer Layvin Kurzawa sur le flanc gauche de la défense des Bleus, le Parisien a déclaré forfait pour ce dernier rassemblement de l’année en raison d’une pubalgie. Patrice Evra a été appelé pour le remplacer. Et rien n’indique que l’actuel numéro 2, en l’occurrence Lucas Digne, soit préféré au Turinois pour débuter contre la Suède vendredi. Avec un argument : son expérience internationale. « Patrice Evra a l'expérience du haut niveau. Il est susceptible de jouer, au même titre que les autres. On a le temps d'ici vendredi. En septembre, je lui avais expliqué le pourquoi du comment par rapport au futur, mais que ponctuellement, je pourrais avoir besoin de lui. C'est le cas. C'est un poste où il y a des joueurs, mais qui n'ont pas d'expérience internationale. Peut-être que si on devait jouer deux matchs amicaux, je ne l'aurais pas appelé. »

Giroud ou Griezmann, Deschamps maintient le suspense

En l’absence d’Olivier Giroud le mois dernier, Kévin Gameiro a marqué des points pour accompagner Antoine Griezmann en attaque en sélection. Mais le passé récent du Gunner plaide aussi en sa faveur, lui qui a marqué à huit reprises avec les Bleus en 2016. André-Pierre Gignac ayant été sorti du groupe pour ce dernier rassemblement de l’année, Didier Deschamps a évité le passage à la 4G. Mais même avec la 3G, le sélectionneur devra faire un choix en Giroud et Gameiro pour débuter contre la Suède. Et ce lundi, il n’a donné aucune indication. « La compatibilité existe entre les trois. Olivier est plus un joueur d'appui, de surface. Kévin est plus sur la vitesse, la profondeur. Ils ont une bonne efficacité. Ce sont deux associations différentes, que je peux utiliser au début ou en cours de match. »

Rabiot, ce n’est pas une surprise

Convoqué pour la première fois de sa carrière en équipe de France A, Adrien Rabiot est la principale attraction de la liste de Didier Deschamps. Buteur dimanche soir contre Rennes, le milieu du PSG était plus habitué à la résidence des Espoirs ces derniers mois. Pourtant, celui qui remplace numériquement Yohan Cabaye au milieu de terrain n’est pas là par hasard. Et le sélectionneur a tenu à faire passer le message. « Je ne suis pas surpris par son niveau. D'ailleurs, il était dans la liste des réservistes pour l'Euro. Il est jeune mais il a déjà 100 matchs de Ligue 1, une vingtaine en Ligue des Champions. Il est exposé médiatiquement dans un club comme le PSG et ses performances sont mises en valeur. Il a un volume de jeu, une agressivité défensive supérieure à ce qu'il avait. »

Une histoire de dynamisme pour Fekir

Si Anthony Martial paye son irrégularité depuis le début de la saison avec une non-convocation, Nabil Fekir a eu droit à davantage d’indulgence de la part de Didier Deschamps. Assez décevant depuis son retour de blessure, le milieu de terrain lyonnais n’a encore pas été à son avantage ce week-end contre Bastia. Très remonté contre certains de ses joueurs après la rencontre, Bruno Genesio avait notamment Fekir dans le viseur. Mais pour le sélectionneur de l’équipe de France, les difficultés du Lyonnais ne sont que les conséquences de sa grave blessure au genou il y a un an. « Il a été arrêté assez longuement, puis un deuxième arrêt plus court. Quand on est blessé, on travaille plus l'aspect foncier, et ça enlève l'explosivité. Il lui manque le coup de rein qu'il avait avant sa blessure. Il faut qu'il retrouve ce dynamisme. »

Sur la FFF et les Espoirs, Deschamps ne se mouille pas

Vendredi, Noël Le Graët annoncera sauf surprise qu’il se présente à sa propre succession à la présidence de la FFF. Six ans après son arrivée aux commandes au sortir du fiasco de Knysna, le patron du football français peut compter sur le soutien de Didier Deschamps, qui a vanté leur relation sans se mouiller complètement. « La décision lui appartient. J'ai une très bonne relation de confiance avec lui », a-t-il soufflé. En revanche, sur le sujet des Espoirs, qui cherchent toujours un nouveau sélectionneur, DD est resté muet. « Ce sera la décision du président, je n'ai pas mon mot à dire, ça a toujours été comme ça et c'est normal. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant