Qualifs CM 2018 - Bleus / Didier Deschamps : « Sans Ibrahimovic, la Suède est différente »

le
0
Qualifs CM 2018 - Bleus / Didier Deschamps : « Sans Ibrahimovic, la Suède est différente »
Qualifs CM 2018 - Bleus / Didier Deschamps : « Sans Ibrahimovic, la Suède est différente »

A la veille du match entre la France et la Suède, Didier Deschamps a été interrogé sur le potentiel de l’adversaire des Bleus. Le sélectionneur a également évoqué la convocation de Thomas Lemar et la concurrence entre Olivier Giroud et Kevin Gameiro en attaque.

Didier Deschamps, avec Thomas Lemar vous faites encore appel à un jeune joueur. Pourquoi cet attrait pour les jeunes joueurs alors que vous-mêmes vous n’aviez pas connu l’équipe de France aussi jeune ? J’aime bien les jeunes ! Le talent n’a pas d’âge. Il y en a beaucoup qui jouent dans de grands clubs, qui sont performants. Je ne prends pas un joueur par rapport à sa date de naissance. Ce n’est pas un critère. Si j’ai pris Thomas Lemar, c’est parce qu’il a les qualités. Il a encore progressé cette année. Il peut jouer dans les deux couloirs, il peut même jouer au milieu. Après le forfait de Kingsley Coman, je l’ai rappelé pour qu’il soit avec nous pour ces deux matchs. Ne pas rappeler Anthony Martial, est-ce la confirmation que vous en attendez plus de lui au niveau de l’implication ? Je ne me suis pas posé la question. A partir du moment où je ne l’ai pas pris la première fois, je ne vais pas changer d’avis. Sinon je mets un nez rouge et vous allez bien rigoler. Un imprévu ? Si un imprévu doit aller à l’encontre de ce que je vous ai dit il y a une semaine… J’essaye d’être logique avec ce que je dis et ce que je fais.

Deschamps : « La Suède était plus compétitive avec Ibrahimovic »

La Suède est-elle moins forte sans Zlatan Ibrahimovic ? Elle est différente. Zlatan Ibrahimovic, on sait l’importance qu’il a dans n’importe quelle équipe dans laquelle il joue. Ca modifie leur jeu. Quand il est là, l’équipe joue pour lui, il reçoit par moment des ballons qu’il ne devrait pas recevoir. Ils s’appuient peut-être plus sur le collectif. Mais la Suède était plus compétitive avec Zlatan Ibrahimovic. D’autres joueurs sont là, ils ont de la qualité. C’est une équipe qui est très bien organisée et qui connait très bien son système. Avec les trois jours d’entraînement, y voyez-vous plus clair au sujet de Patrice Evra et de la concurrence entre Olivier Giroud et Kevin Gameiro ? Patrice est revenu avec toute son envie et toute sa fraîcheur. Il est disponible, comme tout le monde. Entre Kevin et Olivier ? Ce n’est pas sur les entraînements que je base mes choix. Et puis les joueurs ne vont pas changer de par le profil qu’ils ont l’un et l’autre. Un jeune joueur suédois a jugé que l’une des failles de l’équipe de France pouvait être son relâchement ou sa nonchalance en défense quand elle se pensait supérieure… Il parlait des Espoirs. C’est différent quand même (sourire). Toute équipe peut avoir des moments de relâchement. C’est le haut niveau, c’est un match de qualification, donc il n’y aura aucun problème d’envie de notre côté. Pour nous c’est important de gagner ce match. C’est le dernier match officiel de l’année civile. Je peux comprendre ce joueur par rapport à la double confrontation qu’il a eu contre les Espoirs, mais je ne m’attends pas à ce que ça se reproduise, et je ferai tout pour que ce ne soit pas le cas.

Deschamps : « Evra apporte de l’enthousiasme et ça rejaillit sur le groupe »

Olivier Giroud est peu titulaire à Arsenal, est-ce que ça change la donne ou le vécu international passe au-dessus de cette considération ? Qu’il ne soit pas à 100% je le sais. Il le sait aussi. Je sais ce que peut faire Olivier, et Kevin aussi. Cela rentre dans la réflexion, bien évidemment. Mais comme je vous l’ai dit, j’ai une option en début de match, et j’en ai une autre en cours de match. La Suède a annoncé son intention de jouer bas, quelles sont les qualités requises face à un bloc bas ? C’est une configuration de match qu’on connait, cela veut dire qu’on aura le ballon. Il y aura moins d’espaces dans le dos, ce qui laissera moins de profondeur. Il faudra de la vitesse, de la variété, de la percussion, de la justesse technique. Votre duo avec Noël Le Graët influence-t-il les bons résultats de l’équipe de France ? C’est un duo qui fonctionne bien. Il y a un rapport de confiance. C’est lui, le président, qui prend les décisions importantes, mais on discute beaucoup. Est-ce que ça a une influence sur les résultats ? Je ne sais pas. Mais c’est toujours bien dans un club quand le duo président-entraîneur fonctionne bien. Patrice Evra ne vous surprend-il pas en ayant encore autant d’enthousiasme à 35 ans ? Il a toujours été comme ça. Il dégage de la joie, de l’enthousiasme. C’est très bien, j’attends ça des jeunes joueurs. Patrice a toujours été comme ça et ça rejaillit sur le groupe. Il sait qu’il est un privilégié et il en profite. Propos recueillis par R.F au Stade de France A lire aussi >>> Giroud – Gameiro, le duel commence maintenant >>> Même rappelé en urgence, Evra sera préféré à Digne >>> Sans Ibra, cette Suède fait moins peur >>> Lemar à la place de Martial, est-ce mérité ? 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant