Qualifs CM 2018 - Bleus / Didier Deschamps : « Il y a toujours cette force de caractère »

le
0
Qualifs CM 2018 - Bleus / Didier Deschamps : « Il y a toujours cette force de caractère »
Qualifs CM 2018 - Bleus / Didier Deschamps : « Il y a toujours cette force de caractère »

Didier Deschamps ne faisait pas la fine bouche après la victoire de la France sur la Suède vendredi en qualification pour la Coupe du Monde 2018 (2-1). Mais plus qu’à l’accoutumée, le sélectionneur des Bleus n’a pas hésité à pointer du doigt les défauts dans le jeu de son équipe.

[gallery ids="2798068,2798059,2797990,2797933,2797888"] Didier Deschamps, que retenez-vous de la victoire de la France contre la Suède vendredi (2-1) ? Ce sont trois points importants, bien évidemment, puisque la Suède était à notre hauteur. C’était notre dernier match de qualification sur l’année civile, on est à dix points sur douze. C’est très bien sur le plan comptable. Après, c’était un match compliqué, comme il l’avait été face aux Pays-Bas (0-1). L’équipe de France a de la qualité, mais nos adversaires aussi. La Suède a livré un très bon match dans ce qu’elle sait bien faire, avec son 4-4-2 très dense et beaucoup de présence athlétique. Pour contrer ça, il faut mettre de la vitesse, plus de mouvement. On l’a mieux fait en deuxième période, pas suffisamment sur la première. Eux ne sont pas maladroits. Quand ils ressortent le ballon, il y a de bons joueurs, ils sont dangereux sur coups de pied arrêtés aussi. Ça a été un match compliqué, mais même menés, on a vite réagis et on a pris l’avantage. Il y a toujours cette force de caractère qui est importante. Les matchs de qualification, ce n’est pas simple pour tout le monde. Avez-vous été déçu par l’association d’Olivier Giroud et Antoine Griezmann en attaque ? Non. Ce n’était pas simple pour eux, il y avait beaucoup de monde, avec une grande densité. J’ai trouvé Olivier intéressant dans son jeu dos au but, il a permis à l’équipe d’avoir un point de fixation. Il a été très utile dans le travail défensif, notamment dans le domaine aérien. Je m’attendais à avoir un match où cette équipe suédoise serait assez basse. Avoir la présence d’Olivier dans l’axe avec son jeu de tête, c’était important pour nous. Avez-vous recadré vos joueurs pour qu’ils évoluent plus haut en seconde période ? J’avais demandé qu’on soit plus hauts au départ. Je m’attendais à ça, et on a été confrontés à ce que je leur avais présenté. On avait nos quatre défenseurs et nos deux milieux à la construction, mais on n’avait éliminé personne. Forcément, nos quatre offensifs se retrouvaient au milieu de huit, des deux lignes de quatre. C’était important que Djibril Sidibé soit positionné plus haut, Pat Evra aussi, que Blaise (Matuidi) et Paul (Pogba) ne viennent pas chercher le ballon trop bas, parce qu’on ne créait pas de décalages. On avait la possession, mais on donnait souvent le ballon à un joueur arrêté. Pour mettre du rythme et de la vitesse, c’est plus compliqué. En étant menés, on a réagi tout de suite et on est allés les chercher plus haut. Mais je ne veux pas avoir une équipe qui joue bas.

Deschamps : « J’ai été assez clair avec Evra »

Qu’a-t-il manqué pour déséquilibrer le bloc suédois selon vous ? On était souvent haut, mais comme eux étaient regroupés, on n’arrivait pas à éliminer une ligne ou à trouver des joueurs entre les lignes, parce qu’il y avait quand même un petit espace entre leurs défenseurs et leurs milieux. On a été moins bons là-dessus pour trouver Antoine (Griezmann), Dimitri (Payet) ou Moussa (Sissoko). On a eu des situations de centre, en première intention, ça aurait pu être une bonne solution. Mais comme ce n’était pas vraiment après un décalage, il y avait toujours cette présence athlétique. Centrer dans les airs face aux gabarits qu’il y avait, ce n’est pas simple non plus. N’avez-vous pas trouvé que Dimitri Payet et Moussa Sissoko avaient trop tendance à rentrer dans l’axe en première période ? Les avoir à l’intérieur, je le leur demande, ça permet d’avoir une possibilité de passe. Mais s’ils sont à l’intérieur et que nos latéraux sont trop bas, ça n’offre pas de difficultés à l’adversaire. Il y avait trente mètres et quand ils recevaient le ballon, il n’y avait pas de décalage. Leurs lignes de quatre n’ont pas été perturbées. Avez-vous apprécié le retour de Patrice Evra, malgré un temps de jeu limité avec la Juventus ? Il est géré à Turin, parce qu’il a 35 ans. Mais il joue des matchs importants et il est toujours performant, donc je n’avais pas de souci là-dessus. Il l’est aujourd’hui, mais le sera-t-il dans deux ans ? Je ne sais pas, lui non plus. J’ai eu un problème ponctuel, je sais que je peux compter sur lui, il est habitué au haut niveau. Il sait ce que je pense, j’ai été assez clair avec lui avant de reprendre cette saison sportive, au sortir de l’Euro. Les choses sont claires, il revient avec son enthousiasme, malgré les années. Il a toujours cette joie et cette envie du haut niveau. C’est important pour lui et pour le groupe. Mais je ne changerai mon discours par rapport à lui. Propos recueillis sur Canal+ Sport A voir aussi : >>> Le compte-rendu du match >>> Les notes des Bleus
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant