Qualification : La démonstration d'Hamilton, l'exploit de Grosjean

le
0
Qualification : La démonstration d'Hamilton, l'exploit de Grosjean
Qualification : La démonstration d'Hamilton, l'exploit de Grosjean

Meilleur temps de toutes les séances d'essais libres, Lewis Hamilton (Mercedes) a sans surprise signé également le meilleur chrono (1'22''020) de la séance de qualification du GP de Hongrie. Une véritable démonstration du leader du championnat du monde 2015, qui a écrasé ses concurrents.

Depuis le début du week-end, sur le circuit du Hungaroring, il y avait Lewis Hamilton (Mercedes) et les autres. Un fossé qui s’est transformé en gouffre, samedi après-midi lors de la séance de qualification, avec un Hamilton sur une autre planète que ses concurrents. Un Hamilton stratosphérique qui a écrasé ces qualifications menées de manière extrêmement impressionnante par l’actuel leader du championnat du monde 2015. Sur ce circuit sur lequel il est habituellement difficile de créer des écarts, le pilote anglais a presque humilié ses rivaux, et, en premier lieu, son propre coéquipier, Nico Rosberg, relégué à plus d’une demi-seconde (six dixièmes) par « Superhamilton ». Impossible dans ces conditions de priver le Britannique de sa neuvième pole position de la saison (sur dix Grands Prix), la 47eme de sa carrière. Comme un symbole de son ultradomination, samedi à Budapest, Hamilton a levé le poing après avoir terminé sa séance encore plus fort qu’il ne l’avait entamée. L’Anglais, meilleur temps des trois secteurs, a bouclé son dernier tour dans un chrono de 1’22’’020 qui laisse présager des malheurs qu’il pourrait réserver une nouvelle fois à ses concurrents sur le Grand Prix, dimanche (départ à 14h00).

L’exploit de Romain Grosjean

Si Hamilton marche dimanche aussi fort que depuis vendredi, il semble en effet impossible d’aller le chercher en course. Un Grand Prix qui verra Romain Grosjean s’élancer sur la dixième place de la ligne de départ. Un véritable exploit là aussi pour le Français, qui ne pouvait faire mieux pour faire oublier à son équipe ses déboires du moment et son début de week-end cauchemardesque. Après avoir passé la ligne, le pilote de l’équipe Lotus avait d’ailleurs beaucoup de mal à réaliser la portée de sa performance. « C’est un miracle qu’on soit dans le Top 10, faut être honnête, avouait Grosjean au micro de Canal Plus Sport. On ne s’y attendait pas du tout. Après le week-end qu’on a eu, c’est un petit miracle d’être là. Ce n’est pas simple, on a des voitures pas simples à conduire, mais on fait des miracles avec l’ingénieur. On n’est pas dans les conditions des top teams, mais j’ai de la chance de faire de la Formule 1, je ne vais pas me plaindre. Il y a de la frustration à certains moments, mais dans l’ensemble, on peut être heureux d’être ici. » Au même titre que Lewis Hamilton, Romain Grosjean, qui s’était loupé lors de sa première tentative de chrono en Q3, aurait presque pu lui aussi brandir le poing après cette séance de qualification.

Journée noire pour les McLaren

Mauvaise journée en revanche pour Fernando Alonso et, encore davantage, pour Jenson Button, les deux pilotes de l’écurie McLaren-Honda. Alonso avait décroché dans les derniers instants son billet pour la Q2, mais il a ensuite été contraint d’immobiliser sa voiture, en panne après qu’un problème de puissance a coupé le moteur de la monoplace. Résultat : pas de chrono pour l’Espagnol, quinzième de la séance. Son retour à pied au stand, poussant seul sa voiture sous les acclamations des supporters hongrois, restera assurément comme l’une des images marquantes de ce week-end. « Quand je suis arrivé au garage, ils m’ont dit que je n’étais pas autorisé à regagner la piste car la voiture doit revenir par ses propres moyens au garage », a ensuite expliqué Alonso, toutefois moins malheureux que son coéquipier. Jenson Button, qui s’élancera en 16eme position dimanche, n’a en effet même pas eu le plaisir de participer à la Q2. Pour le pilote britannique, les qualifications se sont arrêtées dès la Q1 lorsque, comme Alonso un peu plus tard, un problème de puissance électrique a coupé son moteur. Pour beaucoup d’amertume à l’arrivée. « Le système électrique n’a pas fonctionné et ça m’a coûté cher dans les lignes droites, c’est vraiment dommage, on a été très malchanceux », déplorait Button. Un week-end noir pour les McLaren qui tranche violemment avec l’état de grâce d’un Hamilton intouchable.

F1 / GRAND PRIX DE HONGRIE
Qualification 3 - Samedi 25 juillet 2015
1- Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) 1’22’’020
2- Nico Rosberg (ALL/Mercedes) +0’’575
3- Sebastian Vettel (ALL/Ferrari) +0’’719
4- Daniel Ricciardo (AUS/Red Bull Racing-Renault) +0’’754
5- Kimi Räikkönen (FIN/Ferrari) +1’’000
6- Valtteri Bottas (FIN/Williams-Mercedes) +1’’202
7- Daniil Kvyat (RUS/Red Bull Racing-Renault) +1’’312
8- Felipe Massa (BRE/Williams-Mercedes) +1’’517
9- Max Verstappen (PBS/STR-Renault) +1’’659
10- Romain Grosjean (FRA/Lotus-Mercedes) +2’’161

Pilotes éliminés en Q2
11- Nico Hulkenberg (ALL/Force India-Mercedes) 1’23’’826
12-
Carlos Sainz Jr (ESP/STR-Renault) 1’23’’869
13- Sergio Pérez (MEX/Force India-Mercedes) 1’24’’461
14- Pastor Maldonado (VEN/Lotus-Mercedes) 1’24’’609
15- Fernando Alonso (ESP/McLaren-Honda)

Pilotes éliminés en Q1
16- Jenson Button (GBR/McLaren-Honda) 1’24’’739
17- Marcus Ericsson (SUE/Sauber-Ferrari) 1’24’’843
18- Felipe Nasr (BRE/Sauber-Ferrari) 1’24’’997
19- Roberto Merhi (ESP/Manor Marussia-Ferrari) 1’27’’416
20- Will Stevens (GBR/Manor Marussia-Ferrari) 1’27’’949

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant