Qu'est-ce qui capote à Eibar ?

le
0
Qu'est-ce qui capote à Eibar ?
Qu'est-ce qui capote à Eibar ?

Avant d'affronter le FC Barcelone ce week-end, dire que la dynamique d'Eibar est mauvaise ressemble à un doux euphémisme. Avec sept défaites consécutives en Liga, les Basques sont à l'ouest. Mais pourquoi ?

La semaine dernière, une nouvelle victime de la spéciale remuntada du Levante au stade de la Ciudad de Valencia s'est fait connaître. Ouvrant le score à la 55e minute de jeu par Saul Berjon, Eibar pensait enfin pouvoir se sortir de sa spirale infernale de six défaites consécutives. Avec deux buts encaissés en deux minutes, les espoirs de la colonie de Guipuscoa furent balayés d'un simple revers de main. Avant la rencontre, le coach Gaizka Garitano officialisait le groupe prêt à affronter les banlieusards valenciens et envoyait un message fort à ses troupes en conférence de presse : "C'est l'heure de montrer d'où nous venons, et qui nous sommes. Il faut être nous-mêmes. Je vous assure que je vois la même chose que vous depuis le banc de touche. Je me dis : "Ce n'est pas notre vraie équipe, elle ne transmet rien." À la rigueur, je préférerais nous voir perdre et me dire : "OK, là c'est mon équipe ! Elle se donne, exerce un pressing, il y a de l'amour-propre et pas de peur " Déjà avec ça, nous aurions plus d'envie." Un bon coup de pied dans la fourmilière, pour l'instant sans effet comptable. Et ce samedi, c'est la reine des fourmis qui va se frotter aux Armeros, avec la venue du FC Barcelone à Ipurua. Pas le meilleur des adversaires pour un club en pleine chute libre.
Un paysan dans le Gotha
Au niveau du classement pourtant, la commune de 30 000 habitants reste dans une position honorable malgré ses sept revers de rang. Eibar squatte la quatorzième place, à trois points du premier relégable. Cette position, Eibar la doit sans aucun doute à son bon début de saison. Au top de sa forme, le club pointait même au huitième rang de Liga avec sept victoires en dix-neuf rencontres. Contre toute attente, le plus petit budget du championnat proposait alors un jeu attrayant et esthétique, comme lors de leur défaite contre l'Atlético Madrid au Vicente-Calderón. Incisif dans ses actions, le petit nouveau de Liga avec ses joueurs du cru basque impressionnait, capable de flairer le bon coup sur ses terres comme hors de ses bases.

Mais désormais, cet effet de surprise ne fonctionne plus, les équipes de Liga se sont passé le mot. Eibar est bel et bien un adversaire comme les autres, peu importe qu'il s'agisse de la première saison de son histoire en Liga. Peu importe son petit portefeuille et son stade de 5250 places. Néo pensionnaire du championnat espagnol, le...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant