Qu'est-ce que la surcote en matière de retraite ?

le
2

Lors de votre départ à la retraite, selon votre âge et le nombre de trimestres cotisés, vous pouvez bénéficier d’une surcote. À l’inverse de la décote, elle procure une majoration de la pension retraite. Le taux de majoration dépendra du nombre de trimestres travaillés en plus.

De quoi s’agit-il ?

La surcote est une majoration du montant de la future retraite de base dont vous pouvez bénéficier si vous continuez à travailler après l’âge normal auquel vous devriez partir à la retraite.
La période de surcote débute dès le premier jour du trimestre qui suit l'âge légal de votre départ en retraite, c’est-à-dire entre 60 et 62 ans selon votre année de naissance.
Ce fonctionnement est entré en vigueur le 1er janvier 2004 et a évolué en 2009.

Dans quelles conditions bénéficier de la surcote ?

Pour bénéficier de la surcote, vous devez impérativement remplir ces trois conditions :
  • avoir l'âge légal de départ à la retraite ;
  • continuer à travailler ;
  • avoir totalisé le nombre minimum de trimestres permettant d’ouvrir le droit à une retraite à taux plein.
Ainsi, pour pouvoir prétendre à la surcote, il est indispensable d’avoir cotisé 167 trimestres pour les assurés nés entre le 1er janvier 1958 et le 31 décembre 1960 et 172 trimestres pour ceux nés après le 1er janvier 1973.
Seuls les trimestres cotisés en travaillant peuvent ouvrir des droits à la surcote, les périodes assimilées telles que le chômage, les arrêts maladie ou accidents de travail ne sont pas pris en compte.
Pour obtenir la surcote, il n’y a pas de démarche spécifique à accomplir : elle sera automatiquement prise en compte, le cas échéant, lors du calcul de la pension de retraite. 

Que procure la surcote ?

Lorsque vous bénéficiez de la surcote, une majoration s’applique au montant de base de votre pension retraite pour les trimestres d'assurance cotisés après l’âge légal de départ et accomplis après le 1er janvier 2004.
Le taux de la majoration peut varier selon plusieurs critères :
  • Pour les périodes cotisées entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2008, le pourcentage de majoration est de :
  • 0,75 % du 1er au 4e trimestre de surcote,
  • 1 % à partir du 4e trimestre de surcote,
  • 1,25 % pour chaque trimestre supplémentaire accompli après les 65 ans de l'assuré.
  • Pour chaque trimestre cotisé à compter du 1er janvier 2009, la majoration est de 1,25 % par trimestre, c’est-à-dire 5 % par an. En revanche, pour les professions libérales, ce taux est réduit à 0,75 %.
Par exemple : vous décidez de continuer à travailler après votre âge légal de départ et vous cotisez 4 trimestres de plus. Si votre retraite de base devait être de 1 000 € par mois, grâce à la surcote, elle est majorée de 4 x 1,25 %, soit 5 %. Elle sera donc de 1 050 € par mois.

Trucs & Astuces :

Attention à ne pas confondre la surcote avec la surcotisation. La surcotisation est le fait de cotiser volontairement sur la base d'un salaire à temps plein reconstitué, pour les salariés à temps partiel. Elle permet de cotiser davantage pour obtenir l’ouverture du taux plein plus rapidement, mais ne donne pas de majoration sur la retraite de base.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • matt62 il y a 11 mois

    surcote ,épargne salariale ,intéréssement , mutuelle heure sup et j'en passe et le privé se plaint toujours dans le public tout cela n'existe pas l

  • mcarre1 il y a 11 mois

    Avec l'explosion des périodes de chômage et les plus de 50 ans qui ne trouvent plus de boulot, c'est la décote qui va s'imposer à la plupart des gens.