Qu'attendre des Français à Varsovie ?

le
0

Les Championnats d'Europe de judo débutent ce jeudi à Varsovie. Début d'une nouvelle Olympiade oblige, il n'est pas toujours facile d'y voir clair. Tour d'horizon des forces en présence dans le camp tricolore.

Ils ont un rang à tenir

Clarisse Agbegnenou (-63kg) pourra-t-elle enfin prendre sa revanche ? La Française reste sur deux défaites de rang face à Tina Trstenjak (Mondiaux 2015, JO 2016), auxquelles il convient d'ajouter la finale du Grand Chelem de Paris, en février dernier. Les deux grandes rivales, qui dominent nettement la catégorie, devraient se retrouver en finale, et ce d'autant plus que l'Israélienne Yarden Gerbi sera absente. Certes, Audrey Tcheuméo n'est plus la leader européenne des -78kg et devra sans doute se défaire de la redoutable Guusje Steenhuis pour espérer décrocher l'or. Mais si elle est dans un bon jour, la championne du monde 2011 peut tout écraser sur son passage.

Emilie Andéol, elle, a un double objectif : remporter un nouveau titre européen après ceux de 2014 et de 2015 et faire honneur à sa couronne de championne olympique. Face à Lituanienne Santa Pakenyte puis, éventuellement, à la Turque Kayra Sayit, le combat promet d'être âpre. Teddy Riner (+100kg) ayant décidé de faire l'impasse, un seul combattant masculin fait figure de cadre indéboulonnable côté français. Il s'agit de Cyrille Maret (-100kg), qui ne peut décemment pas revenir de Varsovie sans médaille autour du cou, même si la partie ne sera pas de tout repos (Toma Nikiforov, Varlam Liparteliani, Elkhan Mammadov et Elmar Gasimov pourraient être au menu).

Ils sont très attendus

Loïc Korval, tout juste monté en -73kg, sera l'une des principales attractions côté français. Si tout va bien, l'Essonnien devrait au moins rejoindre les quarts de finale, pour y affronter le Russe Denis Iartcev, récent vainqueur du Grand Prix de Düsseldorf. Dans la même catégorie, Guillaume Chaine se retrouve dans une partie de tableau dense mais homogène. A lui de montrer que le staff tricolore a raison de lui renouveler sa confiance. Pour Axel Clerget, l'heure de la confirmation semble enfin venue. Le combattant de Sucy Judo, numéro deux mondial, sera l'un des favoris de l'épreuve en -90kg. Suite à la montée d'Alexandre Iddir dans la catégorie supérieure, Clerget a une vraie belle carte à jouer en ce début d'Olympiade.

Amandine Buchard a visiblement chassé ses vieux démons et reprend des couleurs dans sa nouvelle catégorie des -52kg (deuxième à Düsseldorf, première à Tbilissi). « La Bûche » sera à suivre avec grande attention. Une médaille européenne serait déjà une belle performance, sachant que la première place du podium paraît promise à la reine incontestée de la discipline, la Kosovare Majlinda Kelmendi. Automne Pavia étant en retrait pendant quelques temps du fait de sa grossesse, Hélène Receveaux (-57kg) doit sauter sur l'occasion et enfin transformer l'essai. Habituée aux places d'honneur, la Bourguignonne a la possibilité de remporter le premier titre majeur de sa carrière. N'oublions pas non plus Priscilla Gneto, qui a débuté il y a peu dans cette catégorie et dont l'expérience des grands rendez-vous (médaille de bronze lors des Jeux Olympiques de Londres) pourrait être décisive. En -70kg, la succession de Gévrise Emane est ouverte. Marie-Eve Gahié est celle qui, pour l'instant, suit au mieux les traces de son illustre prédécesseure. Kim Polling absente, la Française a de réelles chances d'aller au bout. Il faudra toutefois se méfier de Barbara Matic et d'Anka Pognacik.

Ils n'ont rien à perdre

En -48kg, une demi-finale peut être envisageable pour Mélanie Clément, qui représente l'avenir de la France dans cette catégorie. Margaux Pinot (-63kg), qui avance dans l'ombre d'Agbegnenou, monte peu à peu dans la hiérarchie et pourrait être l'une des révélations de la compétition. Chez les hommes, des places sont toujours à prendre dans les catégories légères. Blessé à l'épaule, Vincent Limare est contraint de déclarer forfait, au profit de Vincent Manquest (-60kg). A 22 ans, le champion de France de la catégorie se rend à Varsovie sans aucune pression. Baptême du feu également pour Cédric Revol (22 ans), qui pourrait faire face au redoutable Amiran Papinashvili s'il passe le premier tour.

En -66kg, c'est l'hécatombe. Loïc Korval monté dans la catégorie supérieure, David Larose plus en odeur de sainteté auprès de la Fédération, Killian Le Blouch toujours pas remis de son opération à l'épaule, les espoirs tricolores seront tournés vers Alexandre Mariac. Le judoka de l'ES Blanc-Mesnil n'a pas véritablement d'obligation de résultat et pourrait s'offrir un deuxième tour de prestige face à Georgii Zantaraia, vice-champion du monde 2014. Enfin, la parole est à la jeunesse en -81kg. Tous deux médaillés à Paris en février dernier, Pape Doudou Ndiaye et Baptiste Pierre voudront faire parler la poudre sur les tatamis polonais. Et, vu leur potentiel, ils peuvent créer une belle sensation...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant