QE de la BCE : les questions en débat

le
1
Le nouveau siège de la BCE, à Francfort. (© BCE)
Le nouveau siège de la BCE, à Francfort. (© BCE)

Depuis trois mois, la Banque centrale européenne met en œuvre un programme de Quantitative Easing dont 80% porte sur des titres publics. Certains ont craint d’abord que la BCE ne trouverait pas assez d’actifs, puis plus récemment, après la brutale remontée des taux longs, on s’est demandé si la BCE ne devrait pas acheter plus pour enrayer cette correction.

La BCE peut sans doute se féliciter d’avoir remis dans les esprits le thème de la reflation alors qu’il n’était question l’an passé que de déflation. Mais le mandat de la BCE n’est pas encore rempli et elle a toute raison de poursuivre le QE jusqu’à son terme, même si l’économie de la zone euro va de mieux en mieux.

Neuf questions autour du QE de la BCE

La BCE est la dernière des grandes banques centrales à s’être lancée dans des achats d’actifs à grande échelle, ce qu’on dénomme quantitative easing (QE) même si certains banquiers centraux préfèrent le terme de credit easing. Les motivations de cette politique sont diverses mais ont en commun de viser à la reflation de l’économie.

Il y a tout d’abord un argument monétariste : ces achats d’actifs étant financés par création de monnaie (augmentation des réserves des banques auprès de la banque centrale), on peut en espérer une hausse des liquidités en circulation dans l’économie et, à

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le jeudi 28 mai 2015 à 10:39

    Un monde de faussaires, voyous corrompus, imperméable à l' honnêteté intellectuelle, un monde du caniveau...!!!