Qatar : la loi pour protéger les droits des travailleurs immigrés repoussée

le
0
Qatar : la loi pour protéger les droits des travailleurs immigrés repoussée
Qatar : la loi pour protéger les droits des travailleurs immigrés repoussée

Les forçats du désert Qatari devront prendre leur mal en patience. Le pays a repoussé la loi qui devait assurer à ses travailleurs immigrés le minimum vital : un salaire versé tous les mois. Les quelques 250 000 hommes, venus principalement d'Inde œuvrent, dans un environnement hostile, pour faire sortir du sable, notamment, les infrastructures qui accueilleront la coupe du Monde de 2022. 

«Réforme significative»

Face aux critiques de plusieurs ONG internationales, sur les conditions de travail réservées à la main d'œuvre dont il a tant besoin, le Qatar avait promis de légiférer. Oui, mais voilà, pas facile de faire avaler la pilule aux 50 000 entreprises concernées. Le nouveau système de protection des salaires (WPS), présenté par les autorités comme une réforme «significative» qui devait entrer en vigueur a été reporté sine die. Une période de six mois avait pourtant déjà été accordée aux employeurs pour leur permettre de s'organiser. 

VIDEO. Mondial au Qatar : une ville à 45 milliards d'euros et combien de travailleurs forcés ?

Dans les médias locaux, la rumeur bruisse que l'entrée en vigueur se fera le 2 novembre prochain. Des titres comme The Peninsula ou Al Sharq assurent que la nouvelle loi sera appliquée à partir de l'automne, une information confirmée par l'avocat des sociétés internationales, Michael T Palmer citant ses échanges avec le ministère du Travail : «La date d'application a été confirmée verbalement comme étant le 2 novembre.» Malgré les demandes incessantes, les autorités se refusent à tout commentaire et ne s'engagent sur aucune date précise. 

«Esclavage moderne»

Cette nouvelle réglementation prévoit, dans le cas où les entreprises ne paierait pas leurs petites mains, des amendes allant jusqu'à 6 000 riyals (1 485 euros) et des peines de prison pour les patrons indélicats. 

Dans un rapport publié en mai, Amnesty International accusait le Qatar d'avoir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant