Qatar : l'émir abdique, son fils Tamim lui succède

le
0
Qatar : l'émir abdique, son fils Tamim lui succède
Qatar : l'émir abdique, son fils Tamim lui succède

L'émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani, a confimé mardi qu'il abdiquait et cédait le pouvoir à son fils, le prince héritier Tamim. Dans un discours télévisé adressé à la nation, l'émir du richissime Etat gazier du Golfe, âgé de 61 ans, a déclaré que «le temps est venu d'ouvrir une nouvelle page» et de «confier les responsabilités à la nouvelle génération».

«Je m'adresse aujourd'hui à vous pour annoncer que je remets le pouvoir à cheikh Tamim ben Hamad Al Thani et je suis entièrement convaincu qu'il placera l'intérêt du pays et la prospérité de son peuple en priorité», a annoncé l'émir.

L'abdication de cheikh Hamad, arrivé au pouvoir en 1995 par une révolution de palais, est une première au Qatar et dans l'histoire récente du monde arabe, où aucun souverain n'a jamais renoncé au pouvoir de son plein gré.

Nommé prince héritier il y a dix ans, cheikh Tamim est le quatrième fils de l'émir. Sa mère est l'influente cheikha Moza, deuxième épouse du souverain. Le palais avait déjà annoncé lundi soir dans un communiqué que les Qataris étaient invités «à prêter allégeance à son altesse cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, comme émir du pays». Le nouvel émir, âgé de 33 ans, sera le plus jeune souverain d'une monarchie du Golfe.

Le cheikh Tamim, très impliqué dans les dossiers sportifs

Cheikh Tamim, préside le comité olympique et contrôle l'important dossier du Mondial-2022 de football que ce pays doit accueillir. Il a été longuement préparé par son père à l'exercice du pouvoir. Depuis plusieurs années déjà, il s'est vu confier des responsabilités dans le domaine de la sécurité ? il est commandant en chef adjoint des forces armées. Il a également la haute main sur la stratégie de Doha dans le sport, pilier de la stratégie de l'émirat pour son rayonnement économique et politique. A la tête du comité olympique qatari, le fils de l'émir dirige ainsi le Qatar ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant