Pythium, le champignon atomique ?

le
0
Pythium, le champignon atomique ?
Pythium, le champignon atomique ?

Retour de la Ligue 1, des déplacements interdits et des pelouses pourries. Dernier coupable en date, le pythium, visé de Bordeaux à Bastia en passant par Sainté. Mais le pythium n'est-il pas le champignon qui cache le changement ?

C'était il y a trois semaines. Les dirigeants et supporters de Bordeaux, Bastia, Montpellier et Saint-Étienne rient jaunes en voyant leurs pelouses de la même couleur. Sur Twitter, Didier Quillot, directeur général de la LFP, a les mots du dirigeant-qui-agit-parce-que-les-français-sont-inquiets : " Je suis d accord avec les twittos sur pelouses @SCBastia et @girondins , il faut agir vite! @LFPfr va intervenir via barème licence clubs! " Pendant ce temps-là, à Toulouse, on pavane. Oublié, " le désert de Gobi " métaphorisé par Pascal Dupraz, fin août. Pour recevoir les princes parisiens, les Violets ont déroulé un nouveau tapis vert. Oublié, du même coup, le pythium, du nom de ce champignon ravageant sournoisement les pelouses de France. Nouveau gazon pour nouvelle vie au Stadium. Et du côté d'Armand-Cesari, de la Mosson ou de Geoffroy-Guichard, pourra-t-on espérer trouver une bonne herbe ce week-end ?

Classement des pelouses et droits télés


La chose n'est pas simple, le sujet " sensible " selon un acteur concerné. Un autre décide " de ne plus accorder d'interview ", quand un troisième " préfère ne pas être cité ". À en croire les mains vertes du football hexagonal, les Français auraient donc toutes les raisons d'êtres inquiets. La Ligue avait pourtant pris quelques mesures, en créant une sous-commission Surfaces de jeu ainsi qu'un classement des pelouses en 2013. Surtout, la qualité du terrain est désormais un critère de la précieuse Licence Club, indispensable pour récupérer une partie des non moins précieux droits TV. Le DG de la Ligue a d'ailleurs évoqué des " sanctions financières en cas de pelouses insuffisantes " à compter de la saison prochaine. L'Euro a laissé des traces que le jaune actuel des gazons, alors que l'hiver n'est même pas encore arrivé, n'efface pas.


Après les intermèdes synthétiques de Lorient et Nancy (qui abandonnera ses brins en plastique en 2017), la technologie hybride, développée par les Hollandais de Desso et les…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant