Pyongyang soupçonné d'avoir conduit un 5e essai nucléaire

le , mis à jour à 06:13
0
 (Actualisé tout du long) 
    SEOUL, 9 septembre (Reuters) - La Corée du Nord a conduit 
vendredi un cinquième essai nucléaire d'une puissance sans 
précédent, ont estimé des responsables sud-coréens après la 
détection d'une secousse sismique en surface à proximité d'un 
site nucléaire nord-coréen. 
     Les agences sismologiques européenne, chinoise et 
américaine ont détecté une secousse à 08h30 (00h30 GMT) 
vendredi. L'agence américaine (USGS) a enregistré une magnitude 
de 5,3. 
    La présidente sud-coréenne Park Geun-hye a dénoncé un essai 
nucléaire mené au mépris des résolutions du Conseil de sécurité 
des Nations unies et de la communauté internationale. 
    Ce cinquième essai atomique témoigne de "l'inconscience 
maniaque" de Kim Jong-un, a ajouté la chef d'Etat selon son 
cabinet. A Séoul, le gouvernement a convoqué une réunion 
d'urgence du conseil de sécurité nationale. 
    "Aujourd'hui vers 09h30 nous avons détecté un séisme 
artificiel de magnitude 5.0 dans la zone nord-coréenne de 
Punggye-ri et nous sommes en train d'analyser s'il s'agit d'un 
test nucléaire", a déclaré l'état-major sud-coréen, en référence 
au site nucléaire de Pyongyang. 
    Le centre chinois de sismologie China Earthquake Networks 
Center (CENC) a annoncé que le séisme était dû à une explosion 
présumée. Le ministère chinois de l'Environnement a lancé en 
urgence des mesures de surveillance des radiations le long de sa 
frontière avec le pays, selon la télévision nationale. 
    Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a jugé intolérable 
l'essai. Le porte-parole du gouvernement japonais a déclaré 
qu'il était fortement probable que le séisme indique un essai 
nucléaire. 
    Le Japon a dépêché des avions militaires pour inspecter de 
possibles radiations après le test présumé, a appris Reuters de 
deux sources au sein des forces d'autodéfense du pays. Trois 
bombardiers T-4, d'habitude utilisés pour entraîner les pilotes, 
ont été déployés. 
    La République populaire démocratique de Corée fêtait 
vendredi le 68e anniversaire de sa fondation, le 9 septembre 
1948. 
     
    UNE PUISSANCE SANS PRÉCÉDENT 
    L'essai nucléaire mené en janvier par le pays avait causé 
une secousse d'amplitude semblable, de 5,1. 
    L'énergie dégagée vendredi par le séisme artificiel est près 
de deux fois plus importante que l'essai de janvier, a déclaré 
l'agence météorologique sud-coréenne, précisant que l'explosion 
avait une puissance de 10 kilotonnes.  
    L'essai précédent comptabilisait une puissance explosive de 
6 kilotonnes. 
    La bombe A lâchée le 6 août 1945 sur Hiroshima avait une 
puissance comprise entre 12 et 15 kilotonnes. 
    L'agence sud-coréenne s'est dite dans l'impossibilité de 
conclure définitivement à un essai nucléaire mais a estimé que 
les données recueillies laissaient entrevoir un motif similaire 
aux précédents essais. 
    Il y a deux mois, des images satellite américaines ont fait 
état d'une forte activité sur le site atomique nord-coréen de 
Punggye-ri. 
    Pyongyang y a mené en janvier sa quatrième explosion 
atomique, déclenchant des sanctions du Conseil de sécurité de 
l'Onu. Plusieurs missiles balistiques ont en outre été tirés par 
le pays cet année, les derniers en date lundi. 
    Les spéculations allaient bon train quant à un cinquième 
essai, après le placement sur une liste noire américaine de son 
dirigeant Kim Jong-un pour violation des droits de l'homme, le 6 
juillet. 
    Le conseil de sécurité de la Maison Blanche s'est dit 
informé de l'épisode sismique. "Nous suivons la situation et 
continuons de l'évaluer en coordination étroite avec nos 
partenaires régionaux", a-t-il annoncé dans un communiqué. 
     
     
 
 
 
 
 
 (Bureau de Séoul avec Ben Blanchard à Pékin, Kaori Kaneko à 
Tokyo et Eric Beech à Washington; Julie Carriat pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant