Pyongyang se prépare à accueillir le congrès du parti unique

le
0
    PYONGYANG, 3 mai (Reuters) - Les délégués du Parti des 
travailleurs commencent à affluer à Pyongyang où sera organisé à 
partir de vendredi le premier congrès du parti unique 
nord-coréen organisé depuis 1980 lors duquel le régime de Kim 
Jong Un pourrait officialiser son statut de puissance nucléaire. 
    La Corée du Nord a conduit ces derniers mois une série 
d'essais de missiles et de tests nucléaires, exacerbant des 
relations déjà tendues avec son voisin du Sud avec laquelle elle 
est techniquement toujours en guerre. 
    Des médias sud-coréens ont rapporté fin avril que la Corée 
du Nord pourrait prochainement effectuer son cinquième essai 
nucléaire, peut-être même avant l'ouverture du congrès du parti 
unique.   
    "L'objectif poursuivi par la Corée du Nord est de devenir 
une puissance nucléaire militaire internationalement reconnue", 
a déclaré mardi devant des députés le ministre sud coréen de la 
Défense, Han Min-koo. "Nous pensons que leurs capacités 
nucléaires se développent." 
    Lors du congrès, que les médias internationaux ont été 
invités à couvrir, Kim Jong Un devrait officialiser le statut de 
puissance nucléaire du pays et mettre formellement la Corée du 
Nord sur la voie de la doctrine du "byongjin", un développement 
parallèle de l'économie et des capacités atomiques. 
    Cette doctrine succéderait à celle de "Songun" de son père 
Kim Jong-il, qui mettait l'armée en tête des priorités, et au 
"Juche" de son grand-père, Kim Il Sung, combinaison de marxisme 
et de nationalisme. 
    Les habitants de Pyongyang, la capitale nord-coréenne, ont 
"accueilli avec ferveur les participants au congrès qui ont 
étalé toute leur passion patriotique (...) comme les nouveaux 
guerriers de la révolution Juche sous la direction du cher 
camarade Kim Jong Un", écrit mardi le Rodong Sinmun, le journal 
officiel du pays. 
    La multiplication des essais militaires, missiles 
balistiques et tests nucléaires, préoccupe bien au-delà des 
adversaires désignés de la Corée du Nord, le Sud et les 
Etats-Unis. 
    Dernière alliée du régime de Pyongyang, la Chine n'hésite 
plus elle non plus à montrer son irritation devant les 
provocations du Nord et elle s'est associée à plusieurs reprises 
à des résolutions condamnant les essais nord-coréens.     
 
 (Jack Kim et Ju-min Park,; Nicolas Delame pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant