Pyongyang prêt à déjouer la "menace nucléaire" américaine

le
0

(Actualisé avec Conseil des droits de l'homme de l'Onu) GENEVE, 3 mars (Reuters) - Le chef de la diplomatie nord-coréenne, Ri Su Yong, a averti mardi que son pays disposait d'une force de dissuasion lui permettant de déjouer une "menace nucléaire de plus en plus grande" des Etats-Unis, en lançant si nécessaire une attaque préventive. Dans un discours devant la Conférence du désarmement, instance multilatérale soutenue par l'Onu, Ri Su Yong, dont les interventions à une tribune onusienne sont rares, a déclaré que les manoeuvres militaires conjointes organisées par la Corée du Sud et les Etats-Unis étaient "d'une nature provocatrice sans précédent et risquent tout particulièrement de déclencher une guerre". Pyongyang dénonce régulièrement ces manoeuvres annuelles, y voyant des préparatifs de guerre. "La République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) ne peut que développer son potentiel nucléaire de dissuasion pour faire face à la menace croissante des Etats-Unis. Maintenant, la Corée du Nord a un pouvoir de dissuasion face aux Etats-Unis et peut, si nécessaire, mener une frappe préventive", a dit le ministre devant le forum, réuni à Genève. Les Etats-Unis ont vivement réagi au discours du chef de la diplomatie nord-coréenne, leur représentant à la Conférence du désarmement, Robert Wood, demandant à Pyongyang d'en finir avec ses menaces et de renoncer à ses armes nucléaires. La Corée du Nord a procédé au tir expérimental de deux missiles de courte portée lundi au large de sa côte orientale, et les missiles sont tombés en mer du Japon après avoir parcouru près de 500 km, selon le ministère sud-coréen de la Défense. Takashi Uto, vice-ministre japonais des Affaires étrangères, a dénoncé ces derniers tirs de missiles en date, en parlant devant la Conférence du désarmement comme d'une "violation manifeste" des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. La Corée du Nord a procédé à ce jour à trois essais nucléaires, en 2006, 2009 et février 2013. Ri Su Yong s'est ensuite présenté devant le Conseil des droits de l'homme de l'Onu, également à Genève, où il a rejeté les résultats d'une enquête publiée il y a un an et s'appuyant sur les témoignages d'exilés ou de personnes toujours en Corée du Nord. Les violations commises par l'Etat nord-coréen, estimait le rapport, peuvent être assimilés à des crimes contre l'humanité. ID:nL6N0LM297 "Les forces hostiles ne s'intéressent qu'aux histoires de cette lie de l'humanité qu'on appelle les soi-disant 'transfuges du Nord' et qui ont abandonné leurs parents, leurs femmes et leurs enfants après avoir commis des crimes dans leur pays", a déclaré le chef de la diplomatie nord-coréenne. Il a exhorté le forum à répondre aux "crimes de torture" commis par la CIA américaine. (Stephanie Nebehay; Eric Faye pour le service français)
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant