Pyongyang menace Séoul pour ses messages par haut-parleurs

le
0

SEOUL, 15 août (Reuters) - La Corée du Nord a exigé samedi de sa voisine du Sud qu'elle cesse sa propagande par haut-parleurs à la frontière entre les deux pays, sous peine d'une action militaire. La tension s'est accumulée récemment sur la péninsule coréenne, à l'approche des manoeuvres militaires annuelles conjointes de la Corée du Sud et des Etats-Unis, qui débutent lundi. La Corée du Nord considère ces manoeuvres comme des préparatifs de guerre. Elle a rejeté vendredi les accusations de la Corée du Sud selon lesquelles elle est responsable des explosions de mines survenues la semaine dernière dans la zone démilitarisée (DMZ) entre les deux pays. A la suite de ces explosions, qui ont blessé deux soldats sud-coréens, la Corée du Sud a menacé le Nord de représailles. Elle a repris lundi la diffusion de messages hostiles au régime nord-coréen via des haut-parleurs installés le long de la frontière. Cette politique n'avait plus cours depuis 2004. "La reprise de la diffusion (de ces messages) est une mesure directe de déclaration de guerre contre la RPDC", affirme l'armée nord-coréenne dans un communiqué relayé samedi par l'agence de presse officielle KCNA. Le nom officiel de la Corée du Nord est la République populaire démocratique de Corée (RPDC). La poursuite de ces messages entraînera une action militaire "pour faire exploser tous les outils de la 'guerre psychologique anti-Nord'" le long du front, ajoute l'armée nord-coréenne. La présidente sud-coréenne Park Geun-hye a dit que Séoul réagirait à toute provocation. Les deux pays sont toujours techniquement en guerre, la guerre de Corée (1950-1953) s'étant achevée par un armistice sans qu'aucun traité de paix n'ait été signé. (Tony Munroe, avec Ju-min Park; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant