Pyongyang compte rester inflexible

le
0
La Corée du Nord a réfuté vendredi «le moindre changement» dans sa façon de gouverner et a écarté toute possibilité de discussion avec le gouvernement sud-coréen qu'il a menacé pour «ses péchés».

Le régime tape du poing. Au lendemain de l'intronisation de Kim Jong-un comme «leader suprême», Pyongyang a prévenu vendredi le monde entier qu'il ne changerait pas d'un iota sa ligne politique.

Premier avertissement, le régime, qui reproche à Séoul d'avoir interdit les visites de condoléances à Pyongyang après de la mort de Kim Jong-il, a menacé son voisin et ennemi de représailles. «Nous ferons payer jusqu'au bout le traître Lee Myung-Bak (le président sud-coréen) et sa clique pour les péchés impardonnables, pour l'éternité, qu'ils ont commis à l'occasion des obsèques nationales» de Kim Jong-il, ont prévenu des médias nord-coréens. A la télévision, ces déclarations ont été martelées longuement, même si le Nord n'a pas précisé en quoi consisteraient les punitions. Autre grief, Pyongyang a reproché à Séoul le lancement de tracts le jour des obsèques par des activistes appelant à l'insurrection contre la dynastie Kim.

«Nos soldats atteindront la v...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant