Pyongyang célèbre l'anniversaire de Kim Il-sung

le
0
LA CORÉE DU NORD CÉLÈBRE LE "JOUR DU SOLEIL"
LA CORÉE DU NORD CÉLÈBRE LE "JOUR DU SOLEIL"

par Ju-min Park et Jack Kim

SEOUL (Reuters) - La Corée du Nord a célébré lundi le 101e anniversaire de la naissance de son fondateur, Kim Il-sung, sans la moindre initiative menaçante envers sa voisine du Sud ou les Etats-Unis.

Après des semaines de tensions croissantes sur la péninsule coréenne, beaucoup d'observateurs s'attendaient à voir le régime communiste procéder à une vaste parade militaire à l'occasion du "jour du soleil", qui correspond à l'anniversaire de la naissance de Kim Il-sung, né le 15 avril 1912 et mort en 1994.

Au lieu de cela, Pyongyang, la capitale, a été le théâtre d'une fête des fleurs baptisée du nom de Kim, qui avait accédé au pouvoir en 1948.

D'après des Nord-Coréens ayant fui le régime, les autorités nord-coréennes, qui peinent à nourrir la population, ont distribué des rations supplémentaires de riz et de céréales.

"Les gens décorent les rues pour des événements politiques. Ce n'est pas du tout une ambiance de guerre", dit Seo Jae-pyoung, un Nord-Coréen installé au Sud ayant parlé la semaine dernière avec une connaissance au Nord.

L'agence de presse officielle KCNA a rapporté que la population s'était massée au pied d'une statue de Kim Il-sung aux cris de "Mon père, notre grand leader". "Cette expression sincère vient du fond de leurs coeurs", a souligné KCNA.

L'actuel dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, a pris part à une cérémonie d'hommage à la mémoire de son père, le défunt Kim Jong-il, et de son grand-père Kim Il-sung, en compagnie d'autres hauts responsables du régime, dont son oncle, l'influent Jang Song-thaek, et les plus hauts généraux de l'armée.

"Nous allons augmenter, en quantité, notre potentiel nucléaire militaire, qui est le trésor d'une Corée unifiée (...) A aucun prix nous ne transigerons sur cela", a souligné Kim Yong-nam, chef de l'Etat nord-coréen en titre, lors d'une réunion de hauts responsables à la gloire des réalisations de Kim Il-sung.

DIALOGUE

Les médias officiels nord-coréens ont cependant rompu lundi avec leur ton martial et ont à peine évoqué l'hypothèse d'un conflit, après avoir relayé pendant des semaines les menaces du régime d'une attaque nucléaire contre la Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon.

"La Corée du Sud et les Etats-Unis ont envoyé un message de dialogue, donc pour l'instant le Nord bascule sur ce mode là", juge Yang Moo-jin, de l'Université des études nord-coréennes à Séoul. "L'intention stratégique du Nord est d'essayer d'obtenir une sorte de réponse de la part des Etats-Unis et de la Corée du Sud, et ils l'ont désormais. Ils ne vont pas balayer d'un revers de main l'idée d'un dialogue", ajoute-t-il.

Les Etats-Unis ont proposé l'ouverture de négociations, à condition que la Corée du Nord renonce à ses ambitions nucléaires militaires, sur lesquelles Pyongyang n'entend pas transiger.

Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a laissé entendre dimanche soir que les Etats-Unis pourraient renoncer à cette condition préalable en jugeant que la Chine, principal partenaire de la Corée du Nord, pourrait jouer le rôle d'intermédiaire.

A Pékin, le Quotidien du peuple, organe du comité central du PC chinois, avertit lundi que les tensions dans la péninsule coréenne risquent de devenir incontrôlables.

"Peu importe si c'est intentionnel ou accidentel ; même la plus petite chose risque de faire évoluer rapidement la situation, qui pourrait devenir totalement incontrôlable", écrit ce journal.

Le ministère sud-coréen de la Défense a déclaré que Séoul se tenait sur ses gardes en cas de tir de missile par le Nord, à l'occasion du "jour du soleil".

Mais aucun tir ne semble avoir eu lieu.

Eric Faye et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant