«Purification ethnique» : les propos d'Aquilino Morelle ne passent pas

le
1
«Purification ethnique» : les propos d'Aquilino Morelle ne passent pas
«Purification ethnique» : les propos d'Aquilino Morelle ne passent pas

Le choc des mots. Après un article du Point, selon lequel l'ex-conseiller de François Hollande Aquilino Morelle compare son éviction et celle d'Arnaud Montebourg à une «épuration éthnique», plusieurs responsables socialistes ont dénoncé des propos déplacés.

«Quand je vois les mots employés... mais on est où ?», s'est ainsi indigné ce jeudi le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, interrogé par France 2 sur les déclarations d'Aquilino Morelle. «C'est irresponsable, ça n'a aucun sens», selon le ministre. «Il faudrait que chacun revienne un peu les pieds sur terre.»

Sur Twitter, c'est François Lamy, député de l'Essonne et membre du bureau national du PS, qui a réagi. Interpellant Morelle, il a tweeté une photo de dizaines de cercueils alignés accompagnée du commentaire : «Le résultat d'une purification ethnique».

Aquilino Morelle, le résultat d'une purification ethnique c'est ça ! #honteux pic.twitter.com/0AsGRFq8rq-- François Lamy (@lamy_f) September 11, 2014

Selon l'article du Point, l'ex-conseiller à l'Elysée Aquilino Morelle accuse la «tchéka hollandienne» de pratiquer la «purification ethnique» contre ceux qui ne sont pas «dans la ligne», comme lui-même et Arnaud Montebourg.

Aquilino Morelle avait été limogé le 18 avril après la révélation d'une affaire de cireur de chaussures convoqué à l'Elysée. Reliant son départ et celui de son ami Arnaud Montebourg, il affirme («en privé», précise Le Point): «La logique qui est en oeuvre est une logique de purification ethnique. C'est les Hutus et les Tutsis. Tout cela est limpide. Cela a commencé par moi et maintenant Arnaud. Là ils ont signé leur crime. C'est d'une pureté !».

Ce jeudi matin, Aquilino Morelle a lui aussi réagi. A Europe 1, il estime avoir été piégé. «Elle ne manque pas de fourberie cette jeune femme», s'emporte-t-il à propos de la journaliste du Point. Elle «voulait me revoir à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le jeudi 11 sept 2014 à 11:21

    Morelle est un lanceur d'alerte, et doit être protégé. Il parle de nettoyage ethnique et il faut donc une enquête des Nations Unis, et pourqoui pas un mandat d'arrêt international à l'encontre du régime en place.