Puressentiel mise sur Tony Parker pour s'exporter

le
0
Puressentiel mise sur Tony Parker pour s'exporter
Puressentiel mise sur Tony Parker pour s'exporter

Dans les milieux sportifs de haut niveau, on appelle ça « la petite mort » : le jour où il faut savoir ranger ses baskets ou ses crampons car on a passé l'âge... Et après ? Pour Tony Parker, star internationale du basket, pas question de se retrouver à la retraite à 38 ans. Il entend bien « profiter de cette seconde vie », explique le quadruple champion NBA, d'autant que « j'ai toujours eu l'âme d'un entrepreneur ».

Et de rappeler qu'il a racheté en mars dernier le club de basket de Villeurbanne, l'Asvel. Afin de mieux préparer son avenir, Tony Parker, 32 ans, a aussi développé, depuis 2011, un partenariat avec Puressentiel, une petite PME française qui a déjà tout d'une grande. Créée il y a moins dix ans, la société s'est déjà hissée n o 1 du marché européen en pleine expansion de l'aromathérapie (soin des maux quotidiens par des produits 100 % naturels à base d'huiles essentielles), affiche de fortes ambitions et veut devenir une marque mondiale.

Un partenariat naturel

Lancé en 2005 par Marco et Isabelle Pacchioni, Puressentiel, une entreprise indépendante et familiale, affiche une santé insolente. Son chiffre d'affaires, réalisé à 25 % à l'international, a atteint 53 millions d'euros en 2013 et, cette année, l'entreprise vise les 70 millions d'euros. Chaque année, elle utilise 30 000 t de plantes dont elle tire 300 t d'huiles essentielles. Pour atteindre son objectif de devenir leader mondial de l'aromathérapie d'ici à 2017, Puressentiel regarde donc très sérieusement du côté des Etats-Unis.

Elle compte sur son partenaire Tony Parker, star incontestée au pays de l'Oncle Sam, pour lui ouvrir les portes de ce vaste marché. Et, pour le sportif, « c'est le bon timing ! ». « Il y a un vrai marché à prendre, c'est dans l'air du temps, les Américains sont de plus en plus soucieux de leur forme, ils veulent du naturel, ce mouvement est même porté par Michele Obama », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant