Pur Harmony, ou l'amour en Jaune et Noir pour le You'll Never Walk Alone

le
0
Pur Harmony, ou l'amour en Jaune et Noir pour le You'll Never Walk Alone
Pur Harmony, ou l'amour en Jaune et Noir pour le You'll Never Walk Alone

Après un You'll Never Walk Alone chargé d'émotions jeudi dernier au Signal Iduna Park, Dortmund se déplace ce jeudi à Liverpool pour un quart de finale retour de Ligue Europa. L'occasion, surtout, pour les milliers de supporters du BVB de se rendre en pèlerinage dans la cité portuaire qui a fait de cette chanson un hymne solennel. Et de chanter, toutes écharpes brandies, à l'unisson avec le Spion Kop.

Durant la première moitié des sixties, à l'heure où la jeunesse s'évertue à danser le Twist and Shout façon John Lennon, un autre groupe issu de Liverpool s'impose sur la scène musicale britannique. Il s'agit de Gerry and the Pacemakers, qui restera ainsi quatre semaines en tête des charts, notamment grâce leur single You'll Never Walk Alone, tiré de Carousel, une comédie musicale de Broadway sortie en 1945. Si une rumeur avance qu'en 1963, les supporters liverpuldiens avaient déjà repris en coeur la chanson à la suite de la défaite des protégés de Bill Shankly face à Leicester en demi finale de FA Cup, l'avènement du "YNWA" à Anfield s'effectue quelques années plus tard. À l'époque, le speaker du stade a pour habitude de jouer le top 10 des chansons les plus populaires du Royaume avant le coup d'envoi. Toutefois, quand bien même le tube de Gerry et ses potes ne figure plus dans ce classement, le Kop des Reds continue de fredonner cet air rempli de spleen avant chaque rencontre. Par habitude, sans doute, ou parce que les paroles correspondent idéalement à leurs valeurs, aussi. Un schéma qui se répètera quelques décennies après, dans un club tout aussi légendaire.

"C'est une jolie chanson mais difficile à interpréter"


"La première fois que j'ai eu affaire à des fans de Liverpool, c'était en 1985, lors d'un match amical, ici, à Dortmund. On avait perdu 1-0. L'ambiance était bonne, les fans s'entendaient bien entre eux, c'était cordial. Mais il n'y a pas d'amitié officielle entre les fans des deux équipes." Autant qu'Uwe, fidèle parmi les fidèles de la Südtribüne, s'en souvienne, aucun lien ne prédisposait le BVB à reprendre un chant anglais. Encore moins de Scousers, qui ne jouissent pas de la meilleure des réputations sur le Vieux Continent. Par ailleurs, il se trouve que ceux-ci entretiennent une relation plutôt privilégiée avec les fans de l'autre Borussia, celui de Mönchengladbach, et ce depuis les seventies. Néanmoins, tout laisse à penser que cet hymne extraordinaire (au sens littéral du terme) allait finir par s'imposer à l'est de la Ruhr. "Dans les années 80, il y avait des soldats anglais qui étaient stationnés non loin de Dortmund, et ils venaient parfois assister aux matchs avec nous dans la Südtribüne


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant