PUMA marche sur le biodégradable

le
0
La protection de l'environnement occupe une place de choix dans la stratégie de développement de PUMA
La protection de l'environnement occupe une place de choix dans la stratégie de développement de PUMA
Évoqué à maintes reprises dans ces colonnes, le cas de l'équipementier sportif allemand force le respect.

À la pointe de l'habillement de masse « vert » d'un bout à l'autre des processus de fabrication, il a opté pour une stratégie de développement respectueuse des intérêts de tous.

Réductions drastiques des consommations d'eau et de déchets, diminution des rejets de gaz à effet de serre, simplification des emballages et des packagings : la direction n'a rien laissé au hasard, s'attirant ainsi les faveurs d'associations de protection de l'environnement volontiers critiques. Et notamment de Greenpeace, qui connaît très bien le dossier de la mode et a épinglé de grands noms comme H&M et Zara ou les concurrents directs Adidas et Lacoste, lesquels ont dû se résoudre à prendre eux aussi des mesures pour alléger leur empreinte carbone.

PUMA a cependant pris une grosse longueur d'avance avec InCycle, la toute première collection Cradle to cradle, c'est-à-dire en boucle fermée, avec des produits entièrement biodégradables ou recyclables, bref 100 % green. Une collection constituée d'accessoires, de chaussures et de vêtements tous certifiés, disponibles dans les enseignes du groupe dès le mois prochain et qui ont été conçus en collaboration avec l'EPEA (Environmental Protection Encouragement Agency).


Éco-révolution

Le rôle de cet organisme environnemental méconnu ? « Aider les entreprises à répondre aux critères du "
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant