Puma lance un avertissement sur ses résultats 2012

le
0
PUMA LANCE UN AVERTISSEMENT SUR SES RÉSULTATS 2012
PUMA LANCE UN AVERTISSEMENT SUR SES RÉSULTATS 2012

FRANCFORT/PARIS (Reuters) - Puma, touché de plein fouet par le recul de la demande dans une Europe de l'Ouest plombée par la crise, a lancé mercredi un avertissement sur ses résultats 2012.

L'équipementier sportif, filiale de PPR, a annoncé s'attendre à une baisse de 11% de son résultat opérationnel et à un recul de 13% de son résultat net au premier semestre.

Puma, plus exposé aux marchés d'Europe occidentale que ses grands concurrents Adidas et Nike, a dit tabler, pour l'ensemble de 2012, sur une hausse de ses ventes limitée à environ 5%, au lieu de près de 10% attendus auparavant.

La société, qui réalise environ 45% de ses ventes en Europe, a également annoncé qu'elle allait accélérer son programme d'ajustements de coûts et d'amélioration de son efficacité, et passerait de ce fait une charge exceptionnelle de 100 millions d'euros dans ses comptes au second semestre.

Cette charge entraînera une "baisse substantielle" du résultat net 2012 par rapport aux 230,1 millions de 2011, indique Puma dans un communiqué.

Interrogé sur les perspectives de sa filiale, le groupe PPR a fait savoir que "la marque est puissante et recèle un énorme potentiel de croissance organique".

"Aujourd'hui sa croissance se fait au détriment de sa rentabilité", a précisé un porte-parole du groupe de luxe et de distribution. "PPR croit plus que jamais dans la pertinence de la stratégie de Puma", a-t-il ajouté.

L'Europe occidentale, qui pâtit de la forte dégradation de la conjoncture et du déclin de la consommation, est aussi la région la plus rentable de la marque de sport.

Cette annonce a fait plonger le titre Puma à la Bourse de Francfort et a lourdement pesé sur celui de PPR.

Vers 10h20 (08h20 GMT), le titre de l'équipementier sportif chutait de 5,2% à 213,90 euros, tandis que PPR figurait parmi les rares valeurs en baisse du CAC 40, avec un repli de 1,5% à 107,30 euros.

Pascale Denis, avec Victoria Bryan à Francfort, édité par Natalie Huet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant