«Puis la terre a tremblé trois minutes durant»

le
0
Silvère Boucher-Lambert, journaliste au Figaro.fr, était dans le métro de Tokyo lorsque le séisme a eu lieu. Récit des heures qui ont suivi son parcours dans les rues de la capitale.

À Tokyo

D'abord, les escalators ont cessé de fonctionner. Puis, la terre a tremblé une première fois, trois longues minutes durant. Les usagers du métro de Tokyo se sont tranquillement dirigés vers les murs - l'endroit le plus sûr -, une main adossée à la paroi. Ils ont paisiblement saisi leur téléphone portable pour s'occuper l'esprit ou écouter la radio, alors que les haut-parleurs crachaient un flot ininterrompu de consignes de sécurité. La station de métro de Lidabashi, dans le quartier de Shinjuku, s'est figée tout le temps de cette première secousse, à 15h46. Seuls quelques employés du réseau s'activaient à contenir une importante fuite d'eau, qui transformait un escalier en torrent d'eau saumâtre.

À la surface, les immeubles s'étaient vidés en un rien de temps. Les travailleurs des plus hauts étages, rougeauds, reprenaient leur souffle après un sprint dans des escaliers vacillants. Des collégiens riaient alors que vibrait la première réplique, bie

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant