Publicité pour l'alcool : le cri d'alarme de Claude Evin

le , mis à jour à 11:01
3
Publicité pour l'alcool : le cri d'alarme de Claude Evin
Publicité pour l'alcool : le cri d'alarme de Claude Evin

Aujourd'hui, Claude Evin, ancien ministre des gouvernements Rocard, dirige l'agence régionale de santé d'Ile-de-France.

Un amendement examiné aujourd'hui à l'Assemblée revient sur la loi Evin de 1991*, qui encadre la publicité pour l'alcool. Etes-vous inquiet ?

CLAUDE ÉVIN. Très ! Même s'il semble technique, cet amendement libérera de facto la possibilité de faire de la publicité en faveur de l'alcool, et ce quasiment sans limite. On pourra faire n'importe quoi en matière de pub. Ce sera la fin de la loi Evin, adoptée voilà vingt-cinq ans.

Que dit cet amendement ?

Une association (par exemple) qui attaquera une publicité pour l'alcool devant les tribunaux devra, pour obtenir gain de cause, à la fois prouver que la personne faisant la promotion (même indirecte ou subtile) du produit y a un intérêt, mais aussi que cette « opération de communication » est « susceptible d'être perçue comme un acte de promotion par un consommateur d'attention moyenne ». Passons sur le fait que cette dernière phrase ne veut rien dire. Dans les faits, réunir ces deux critères sera impossible ! Du coup, les tribunaux se concentreront sur le fait de savoir s'il s'agissait, ou non, d'une publicité, sûrement sans parvenir à trancher, oubliant le vrai débat : le produit lui-même.

C'est-à-dire ?

Dès lors que l'on sait que l'alcool tue 50 000 personnes par an, peut-on en vanter les mérites comme s'il s'agissait d'un simple parfum ? La réponse est, évidemment, non. Pourtant, depuis vingt-cinq ans, la loi Evin a été progressivement détricotée. La partie de cette loi concernant la consommation des mineurs, notamment, a été remise en cause, puisqu'il est désormais possible de boire de l'alcool dans les buvettes sportives.

L'autre volet de votre loi concernait la publicité, y a-t-il aussi eu un recul ?

Oui. La loi de 1991 interdisait la publicité pour l'alcool à la télévision, au cinéma et par voie d'affichage. C'est à nouveau ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marc9524 le lundi 8 juin 2015 à 11:29

    Pourtant, sur la question de la légalisation du cannabis, Valls a dit qu'il n'acceptera jamais de vendre un produit nocif à la santé de son peuple!!! Peut être n'est il pas au courant qu'il vend des clops et de l'alcool !!

  • semikorn le lundi 8 juin 2015 à 11:18

    tres bien moinsieur Evin de vouloir limiter la consommation d'alcool dans le pays, mais ne serait-il pas plus judicieux de faire un loi interdisant les additifs chimiques alimentaires que l'on retrouve dans 95% de la nourriture transformée (glutamate de sodium, aspartame...) qui on le sait sont de veritables poisons (specialement dangereux pour les enfants)?

  • frk987 le lundi 8 juin 2015 à 11:13

    Tout est dit fifi.....un cancer du poumon ou du foie coûte cent fois moins cher qu'une retraite.