Publicis : une fusion surprise pour créer le numéro un mondial

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - C'est l'agence de presse américaine Bloomberg qui, vendredi, a évoqué la première, les négociations d'un rapprochement entre Publicis et Omnicom. La fusion dite «entre égaux» qui devrait prendre effet, à la fin 2013 ou au début 2014, après l'obtention du feu vert des différentes autorités de la concurrence, a été officiellement annoncée dimanche, lors d'une conférence de presse tenue au siège des Champs Elysées, par Maurice Lévy, PDG de Publicis, et John Wren, dirigeant exécutif de l'américain Omnicom. Le nouveau groupe, en mariant le numéro deux (Omnicom) au numéro trois mondial (Publicis) deviendra le numéro un mondial, en termes de chiffre d'affaires, reléguant l'actuel leader, le britannique WPP, à la deuxième place.

Publicis Omnicom Group, qui sera coté à New York et Paris, avec un siège social à Amsterdam, et des sièges opérationnels à New York et Paris, affichera un chiffre d'affaires combiné de 17,7 milliards d'euros, une marge opérationnelle de 13,7% et un bénéfice net part du groupe de 1,5 milliard et une capitalisation boursière totale de 26,5 milliards d'euros.

Dans une note préliminaire de commentaire sur l'opération, Oddo Securities explique pourquoi la fusion s'opère à 50/50 alors que le chiffre d'affaires de Publicis n'a représenté que 60% des revenus 2012 de l'américain. Le courtier justifie la parité (1 action Publicis Omnicom Group pour chaque action Publicis avec en sus un dividende exceptionnel de 1 euro) par trois atouts du groupe français : une marge plus élevée que celle d'Omnicom (300 points de pourcentage), une dette moindre (0,6 milliard contre 2 milliards) et une part plus faible des revenus d'Omnicom dans le numérique (37% pour Publicis).

Les dirigeants des deux groupes publicitaires ont invoqué la nécessité de cette concentration par le besoin de s'allier face aux géants de l'internet que sont Google et Amazon : «La taille va de plus en plus compter», a expliqué Maurice Lévy qui multiplié les rachats, ces dernières années, d'agences de publicité numériques.

Selon des chiffres de eMarketer, cités par le Financial Times, Google représente 30% du marché mondial de l'achat d'espace publicitaire numérique (5% pour Facebook). Néanmoins, fait valoir eMarketer, en 2017, les dépenses publicitaires d'ordre numérique ne représenteront encore que le quart (170 milliards de dollars) du total de l'investissement publicitaire. 

La cotation des actions Publicis devait reprendre à 15 h 30, heure d'ouverture de la Bourse de New York, après une conférence avec les analystes financiers, lundi à 14 heures (heure de Paris).

Dernier conseil en date du Revenu : conservez.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant