Publicis mise sur un rebond après un 2e trimestre en creux

le
0
PUBLICIS PRÉVOIT UN REBOND AU 2E SEMESTRE
PUBLICIS PRÉVOIT UN REBOND AU 2E SEMESTRE

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Publicis anticipe un rebond de son activité au second semestre après un deuxième trimestre en creux, pénalisé notamment par les turbulences économiques en Europe et la perte d'un budget important.

Le troisième groupe publicitaire mondial a fait état vendredi d'un chiffre d'affaires de 1,63 milliard d'euros sur la période d'avril à juin, en croissance organique de 1,6%, traduisant un ralentissement par rapport à la hausse de 4,1% enregistrée sur les trois premiers mois de l'année.

"Nous avions annoncé dès le mois de février que le deuxième trimestre marquerait le pas. C'est ce qui s'est passé", a déclaré le président du directoire Maurice Lévy devant des journalistes.

Le marché tablait en moyenne sur un chiffre d'affaires de 1,56 milliard d'euros, selon un consensus de la rédaction de Reuters établi à partir des estimations de sept analystes.

Publicis avait déjà dit attendre un fléchissement de sa croissance car les annonceurs se réserveraient pour la seconde moitié de l'année marquée notamment par les Jeux olympiques de Londres et les élections aux Etats-Unis.

Ses principaux concurrents prévoient, eux, un deuxième trimestre dans la lignée des trois premiers mois de l'année.

Premier des grands groupes publicitaires à dévoiler ses résultats semestriels, le numéro deux mondial Omnicom a ainsi annoncé en début de semaine une croissance de 5,1%, identique à celle enregistrée au premier trimestre.

Au-delà des turbulences qui affectent la zone euro, Publicis a été pénalisé sur la période par des difficultés spécifiques, dont la perte de budgets du constructeur américain General Motors, ainsi que la faiblesse des investissements du secteur pharmaceutique qui représente 13% de ses revenus.

UNE CONTRE-OFFRE SUR AEGIS EXCLUE

Le groupe se montre toutefois optimiste pour le second semestre attendu en progression par rapport au premier.

"Nous avons un 3e trimestre qui devrait être supérieur dans l'état actuel des choses au premier trimestre", a précisé Maurice Lévy, réaffirmant la prévision d'une croissance du chiffre d'affaires supérieure à celle du marché pour 2012.

Le groupe publicitaire, dont la marge s'est maintenue à 13,5% au premier semestre, continue par ailleurs de viser une stabilité de sa rentabilité cette année avec un taux d'environ 16%, a indiqué le président du directoire.

Dans le document de présentation de ses résultats, le groupe indique anticiper une amélioration de 200 à 400 points de base de sa marge à moyen terme, ce qui implique un horizon de quatre à cinq ans, a précisé Maurice Lévy.

A 11h30, l'action de Publicis gagne 2,78% à 39,52 euros, signant la deuxième plus forte hausse du CAC 40, le marché étant soulagé par la confirmation des prévisions annuelles et la confiance affichée par le groupe sur l'amélioration de sa marge.

"Même quand la croissance organique est faible, les résultats continuent de progresser en masse", soulignent les analystes de CM-CIC dans une note.

Maurice Lévy s'est toutefois montré vigilant face aux difficultés des pays européens, les marchés français et allemands, qui avaient plutôt bien résisté jusque-là, ayant affiché une contraction de leur activité au deuxième trimestre.

"Ce n'est pas, de loin, une catastrophe mais c'est un signe un peu inquiétant parce que cela veut dire que les annonceurs ont adopté une approche de précaution", a-t-il estimé.

L'agence ZenithOptimedia, filiale de Publicis, a révisé en juin sa prévision de croissance des dépenses publicitaires mondiales en 2012, qui s'établit désormais à 4,3% contre 4,8% précédemment.

Publicis, qui a poursuivi sa stratégie d'acquisitions ciblées ces derniers mois, exclut de faire une contre-offre sur son concurrent britannique Aegis, visé par une offre de rachat du japonais Dentsu.

"On a bien sûr regardé Aegis à plusieurs reprises. Mettre 5 milliards de dollars pour acquérir Aegis nous paraissait hors de proportion avec nos besoins", a expliqué Maurice Lévy.

Il a par ailleurs confirmé que le groupe avait l'intention d'augmenter le taux de distribution de son dividende comme il s'y était engagé lors de la dernière assemblée générale des actionnaires.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant