Publicis décroche au 2e trimestre, temporise sur ses objectifs

le
0

PARIS (Reuters) - Publicis a prévenu mardi qu'il lui serait "très difficile" d'atteindre sa prévision de croissance du chiffre d'affaires pour 2014 après un coup de frein brutal au deuxième trimestre, conséquence notamment du projet de fusion avorté avec Omnicom qui a accaparé ses équipes pendant plusieurs mois.

Sur la période d'avril à juin, le troisième groupe publicitaire mondial a enregistré des revenus de 1,76 milliard d'euros, en croissance organique de 0,5% contre une hausse de 3,3% au premier trimestre.

Le marché tablait en moyenne sur un chiffre d'affaires de 1,875 milliard, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

"Nous pensions qu'il y aurait une petite baisse. Le ralentissement a été plus marqué", a déclaré à des journalistes le président du directoire, Maurice Lévy, qui a évoqué l'impact des changes, le retournement de l'activité en Europe mais aussi le temps perdu par ses équipes sur le projet de mariage avorté.

"En ce qui concerne l'état-major (...), nous avons énormément travaillé et ceci a été au détriment de ce que nous pouvions faire par ailleurs".

Contraint désormais au cavalier seul, Publicis prépare pour la mi-septembre une révision de son plan stratégique à horizon 2018 afin d'accélérer sa transition vers le numérique, a-t-il dit.

Le titre Publicis avait clôturé lundi en repli de 0,99% à 58,87 euros, donnant une capitalisation boursière de 12,68 milliards d'euros. Depuis le début de l'année, il enregistre une baisse de 11,49%.

(Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant