Publicis, accusé de discrimination aux USA, accepte un règlement

le
2
PUBLICIS, ACCUSÉ DE DISCRIMINATION AUX ÉTATS-UNIS, PAIE PRÈS DE 3 MILLIONS DE DOLLARS
PUBLICIS, ACCUSÉ DE DISCRIMINATION AUX ÉTATS-UNIS, PAIE PRÈS DE 3 MILLIONS DE DOLLARS

(Reuters) - Publicis a accepté de payer près de trois millions de dollars (2,6 millions d'euros) pour mettre fin à une action en nom collectif qui l'accusait de discrimination sexuelle aux Etats-Unis.

Les conseils du groupe publicitaire français ont fait valoir mardi que ce règlement était le seul moyen d'éviter plusieurs années supplémentaires d'une procédure judiciaire de plus en plus complexe.

Aux termes de l'accord, qui doit encore être validé par un juge fédéral à New York, 75 employées actuelles et anciennes de Publicis recevront une somme moyenne de plus de 13.000 dollars. Leur équipe d'avocats touchera près de 1,5 million.

Une représentante de Publicis a fait savoir que le groupe était satisfait de solder cette affaire et a noté que l'accord ne l'obligeait pas à modifier ses pratiques.

"Nous continuons de penser que notre politique et nos pratiques de travail sont conformes à la loi, correctes et non discriminatoires", a-t-elle déclaré.

Les plaignantes, qui réclamaient à l'origine 100 millions de dollars, accusaient Publicis de discrimination en matière de salaires et de promotions, et d'avoir licencié ou poussé au départ certaines d'entre elles à la suite de congés maternité.

L'employée à l'origine de la plainte, Monica da Silva Moore, avait travaillé au bureau de Boston de MSL Group, une filiale de Publicis, et avait appris en 2010 à son retour d'un congé maternité de quatre mois son transfert avec effet immédiat à New York. Aucune aide financière ne lui ayant été proposée, elle avait quitté la société en s'estimant victime d'un licenciement déguisé.

Les plaintes pour discrimination de ce genre se sont multipliées ces dernières années aux Etats-Unis, et plusieurs grands groupes dont Novartis et Bank of America ont dû se résoudre à payer des millions de dollars dans ces affaires. Twitter et Microsoft font également l'objet de plaintes actuellement.

(Daniel Wiessner à Albany; New York; ,; Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lm123457 le mercredi 14 oct 2015 à 20:04

    Les gens "lésés" recoivent 13.000 $ par personne (soit 975.000$) alors que les avocats touchent 1.500.000 $. On voit à quoi sert cette procédure !

  • mim69005 le mercredi 14 oct 2015 à 20:04

    Ils sont fous ces américains !!! Pour un oui ou un non, ils judiciarisent leurs problèmes ! Et les premiers à profiter de cet état d'esprit, ce sont les cabinets d'avocats. Ce n'est surement pas cette dérive qu'il faut importer en europe...