Publicis abaisse ses prévisions de croissance pour 2015

le
0

* Prévisions de croissance organique revues à +1% contre 2,5% * Croissance à taux de change constants de 20,5% au T3 * Croissance organique de 0,7% au T3, de 1% sur 9 mois * "Un nombre anormalement élevé de réductions de budgets"-Lévy * Publicis maintient son objectif 2018 d'une marge de 17,3% par Joseph Sotinel et Leila Abboud PARIS, 22 octobre (Reuters) - Publicis PUBP.PA a fait état jeudi d'une croissance organique particulièrement faible au troisième trimestre, liée à une activité plus faible qu'attendue aux Etats-Unis, poussant le groupe publicitaire à revoir ses perspectives de croissance organique sur l'année à la baisse, de 2,5% à 1%. Alors que le troisième groupe publicitaire mondial comptait sur une croissance plus forte au troisième trimestre, Publicis a connu un mois de septembre à croissance nulle, pour une croissance organique de 0,7% au troisième trimestre, et de 1% depuis le début de l'année. Les analystes prévoyaient une croissance organique trimestrielle de 2,1%, selon un consensus fourni par l'entreprise. Lors de ses résultats semestriels, le groupe avait déjà abaissé sa prévision de croissance de 3% à 2,5%, citant la faiblesse de la demande au Royaume-Uni et en Amérique latine mais affirmant que le deuxième semestre serait meilleur que le premier. ID:nP6N0SH00K Le président du directoire, Maurice Lévy, s'est refusé à expliquer la chute par une solution unique. "Ces décalages et ces coupes viennent de trois secteurs très diversifiés, des pharmaceutiques, de l'automobile et des produits de consommation", a-t-il détaillé devant des journalistes, avant d'ajouter: "Nous n'avons pas perdu de gros budget". Le concurrent de Publicis, l'américain Omnicom OMC.N a publié une croissance organique de 6,3% en Amérique du Nord au troisième trimestre. ID:nL8N12K2IS Selon Maurice Lévy, ce décalage s'explique en partie par le nombre de contrats numériques passés par Publicis, et qui sont particulièrement susceptibles d'être décalés. Le chiffre d'affaires au troisième trimestre est de 2,33 milliards d'euros. Le groupe maintient ses autres objectifs pour l'année, avec une croissance à deux chiffres de son chiffre d'affaires, de sa marge opérationnelle et de son bénéfice net courant par action, avec un cash flow libre avant variation du besoin en fonds de roulement supérieur à un milliard d'euros. L'objectif de 17,3% de marge opérationnelle pour 2018 est lui aussi maintenu. LA BATAILLE DES CONTRATS PUBLICITAIRES La mobilisation des forces des agences de Publicis pour défendre de nombreux gros contrats en 2015 a pu avoir un impact, "mais pas beaucoup", a-t-il également estimé. De nombreux grands groupes ont décidé de revoir leurs contrats avec les agences publicitaires qui plaçaient leurs annonces auprès des médias, des chaînes de télévision aux sites internet. Une polémique sur les méthodes de facturation de ces services enfle, particulièrement aux Etats-Unis. L'association américaine des annonceurs (ANA) a demandé à deux sociétés d'enquêter sur ces pratiques, selon le Financial Times ID:nL8N12L2NA . "Nous respectons de manière scrupuleuse et éthique nos contrats avec nos clients", s'est défendu Maurice Lévy. Publicis avait déjà déclaré être "confiant" sur le résultat de ces enquêtes. Publicis était particulièrement exposé à cette remise en jeu des contrats. Le groupe français a gagné des contrats comme Citi C.N ou Heineken HEIO.AS , ce qui pourrait compenser des pertes comme Coca-Cola KO.N ou Mondelez MDLZ.O , ont estimé certains analystes. "Quand nous regardons ce qui s'est fait pour l'instant, nous en sortons très bien positionnés", s'est félicité Maurice Lévy, ajoutant qu'il y avait eu une baisse des prix sur les contrats mais qu'il était difficile de donner des détails. "Notre acquisition de Sapient nous permet d'offrir quelque chose de vraiment différent à nos clients, et c'est cette approche, plus que les prix, qui nous a réussi", estime-t-il. Publicis doit encore défendre trois contrats: 21st Century Fox FOXA.O , L'Oréal OREP.PA et Procter & Gamble PG.N . Selon Maurice Lévy, les négociations viennent de commencer avec Fox, et pourraient aboutir "plutôt vers la fin de l'année" dans les deux autres cas. Le communiqué : http://bit.ly/1OU3M7Y (Edité par Matthieu Protard)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant