Pub sur internet: à la recherche du temps de cerveau (encore) disponible

le
0
Pub sur internet: à la recherche du temps de cerveau (encore) disponible
Pub sur internet: à la recherche du temps de cerveau (encore) disponible

Matraqués par la publicité, les internautes sont de moins en moins réceptifs aux messages commerciaux, poussant les marques et les plateformes à sans cesse renouveler stratégies et formats pour tenter de se faire entendre, et donc vendre."Sur Google, l'oeil ne regarde pas à droite de l'écran où il sait qu'est l'espace réservé à la publicité. Il sait aussi faire naturellement abstraction des deux-trois premières occurrences qui apparaissent en grisé juste au-dessus des résultats de sa recherche, et qui sont de la pub", affirme à l'AFP Minter Dial, spécialiste en marketing digital.Les Français estiment être autant exposés à la publicité sur internet qu'à la télévision, avec une moyenne de 70 publicités par jour sur les deux supports, selon un récent sondage Ifop/Adyoulike."Omniprésente" pour 90% d'entre eux, "intrusive" (80%) ou encore "stressante" (61%): les sondés ne sont que 36% à juger que le pub sur internet est "informative".Problème: c'est bien cet internaute lassé que les marques veulent toucher à tout prix, et elles investissent de plus en plus dans les nouveaux médias internet où la pub est moins coûteuse que sur les supports classiques."Depuis deux ans, la moitié de nos clients réservent une ligne de leur budget aux médias sociaux, c'est passé dans les usages", confirme Antoine Sandrin, président de la société de marketing social KRDS, qui réalise des campagnes sur Facebook pour plusieurs entreprises du CAC40.Mais la pub qui clignote pour annoncer -20% sur un produit ou qui "repeint" une page web entière, "c'est fini, c'était trop intrusif, il faut à présent se distinguer par la pertinence des messages plus que par la forme, en travaillant le ciblage. Et Facebook a une capacité de ciblage sans précédent, les marques s'y précipitent", ajoute-t-il.La plateforme aux 26 millions d'utilisateurs actifs en France a lancé début ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant