PSG : victimes et gagnants de l'ère qatarie

le
0
PSG : victimes et gagnants de l'ère qatarie
PSG : victimes et gagnants de l'ère qatarie

Depuis l'été 2011, QSI a beaucoup investi pour faire de son PSG l'une des meilleures équipes du continent. Sans hésiter à faire le ménage dans l'effectif en poussant dehors des joueurs comme Mathieu Bodmer, qui retrouve ce samedi son ancien club sous les couleurs de Nice.

Quand le fonds d'investissements qatari QSI rachète 70% des parts de Colony Capital le 30 juin 2011, le PSG est un club en timide renouveau, mais en rien la machine de guerre que son nouveau propriétaire veut bâtir. Quatrième du championnat, mais absent de la Ligue des champions depuis 2004-2005, le PSG s'appuie alors sur de très bons éléments, mais aucune star d'envergure internationale. Pour pallier cette carence, 90 millions d'euros sont investis sur neuf joueurs dès l'été 2011. Parmi eux, le très cher Javier Pastore (43 millions), mais aussi Salvatore Sirigu, Jérémy Ménez, Blaise Matuidi ou encore Milan Biševac. Un an plus tard, le Qatar passe la seconde avec Zlatan Ibrahimović, Thiago Silva, Marco Verratti ou encore Ezequiel Lavezzi. Du lourd tant en quantité qu'en qualité, de quoi pousser vers la sortie de nombreux éléments antérieurs aux ambitions démesurées du club parisien, qu'ils ne soient pas assez bons, pas assez forts mentalement, ou tout simplement pas assez glamour...
Une longue liste de perdants
Chronologiquement, le premier cocu de l'ère QSI pourrait être Nicolas Douchez, paradoxalement encore au club quatre ans plus tard. Quand il signe à Paris à l'été 2011, il est en fin de contrat à Rennes et apparaît comme un futur pilier du onze rouge et bleu, à tel point que Frédéric Antonetti déclare dans le Parisien que " Paris a de la chance ". Mais son ancien protégé déchante vite avec l'arrivée de Salvatore Sirigu : une blessure pendant la préparation offre une opportunité de briller à l'Italien, Douchez ne revoit plus le statut de numéro un... Si, cette place de titulaire, l'ancien de Rennes n'a fait que l'apercevoir avec l'arrivée de QSI et de son directeur sportif Leonardo, d'autres l'ont perdu progressivement, à l'image de Mamadou Sakho, Guillaume Hoarau ou encore Mathieu Bodmer. Ce dernier, titulaire toute la saison 2011-2012, sort des petits papiers de Carlo Ancelotti dès l'été 2012. Il faut dire que Thiago Motta a débarqué au mercato d'hiver et que le grand espoir Marco Verratti a quant à lui rejoint le club durant l'été...

Une situation comparable à celle de Mamadou Sakho : emblème du club parisien, il a finalement acté son départ à l'été 2013 après avoir vu arriver un nouveau concurrent à quasiment chaque période de transfert, à savoir Alex (hiver 2012), Thiago Silva (été 2012) et Marquinhos (été 2013). Dans SoFoot Junior #10, l'ancien…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant